Adoucisseurs d'eau: les pièges à éviter

Adoucisseurs d'eau: les pièges à éviter
Adoucisseurs d'eau: les pièges à éviter - © percds - Getty Images/iStockphoto

Il est devenu un incontournable dans pas mal d'habitations: l'adoucisseur d'eau a plus que jamais la cote. Le marché a littéralement explosé ces dernières années. De nombreuses marques se sont lancées dans ce business juteux si bien qu'il est devenu compliqué, pour le consommateur, de s'y retrouver. Alors comment choisir son adoucisseur? Quels sont les pièges à éviter? Petit tour d'horizon...

La guerre des prix

Il ronge votre robinetterie, s'attaque à vos canalisations. Le calcaire est un vrai fléau. Et, dans notre pays, il est présent sur 70% du territoire à des taux élevés, entre trente et cinquante degrés français, alors qu'idéalement l'eau devrait en contenir moins de quinze degrés français. Résultat: partout une eau très dure qui, avec les appareils électroménagers de plus en plus sensibles, posent de plus en plus de problèmes domestiques. Pour s'attaquer au calcaire de manière durable, la solution la plus répandue, c'est l'installation d'un adoucisseur d'eau avec sel de régénération. Nous avons rencontré un fabricant belge, Laurent Vervier, installé à Liège depuis quarante ans. "Notre chiffre d'affaire a triplé ces cinq dernières années", nous dit-il d'emblée. Pourtant, la concurrence est rude. Depuis que le marché a explosé, c'est la guerre des prix. "Certains vendeurs proposent des appareils venus de Chine à des prix défiant toute concurrence, explique Laurent Vervier. Mais attention: pour éviter les ennuis, privilégiez plutôt les vrais fabricants. Les produits moins chers à l'achat consomment souvent plus d'eau et plus de sel. De plus, dit-il, il faut éviter les firmes qui vous proposent des formules avec assurance omnium sur une longue durée. Souvent, elles vous lient par un contrat de maintenance qui vous oblige à acheter le sel auprès d'elles parce qu'elles le vendent à trois fois le prix du marché. Ces firmes vous donnent l'impression de faire une bonne affaire à l'achat, mais leur vrai business porte sur la vente de sel à prix d'or."

Consommation de l'eau adoucie: pas pour tout le monde

On n'y pense pas toujours, mais l'utilisation de sel de régénération va avoir un impact sur la teneur en sodium de l'eau qui sort du robinet. Selon Lucia Capone, médecin-nutritionniste, il faut éviter de surconsommer cette eau-là, surtout pour les personnes les plus sensibles comme les femmes enceintes, les nourrissons et les patients devant suivre un régime pauvre en sel. "Le souci, c'est qu'en consommant quelques verres de cette eau adoucie, puis en l'utilisant pour préparer le café et cuire les légumes, vous allez  augmenter votre consommation quotidienne de sel", nous explique Lucia Capone. Pour en faire la démonstration, nous avons fait analyser de l'eau non traitée et de l'eau traitée. L'eau non adoucie contient dix milligrammes de sodium par litre. Notre eau traitée, elle en contient 117,76 milligrammes. 10 fois plus.  Le docteur Moonen, néphrologue à l'hôpital de la Citadelle, tempère. "Cela reste des quantités très faibles, dit-il, mais, oui,  si vous devez suivre un régime pauvre en sel, mieux éviter de surconsommer cette eau adoucie".  De plus, pour les défenseurs de l'environnement, les adoucisseurs d'eau sont superflus car ils engendrent une surconsommation d'électricité et d'eau (nécessaire pour la régénération). Notons que cet avis doit être nuancé  car il existe des appareils non énergivores, fonctionnant par pression hydraulique, donc sans électricité. Et puis, comme le relève cet autre vendeur, d'un point de vue environnemental, la surconsommation d'eau est compensée par l'économie de savons et de détergents générée par les adoucisseurs.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK