A quoi ressemblera l'agriculture du futur?

Depuis près de septante ans, l'agriculture intensive a réussi à nourrir le plus grand nombre, mais elle appauvrit les sols, empoisonne l'environnement et maltraite les animaux ...  Alors à quoi ressemblera l'agriculture du futur? On a été voir des passionnés qui ont décidé de faire de l'agriculture raisonnée, bio et participative. Une autre façon de cultiver et d'élever des animaux, plus en adéquation avec la nature.

Agroécologie

Chez Les Compagnons de la terre, en province liégeoise, un objectif : nourrir -à terme- 1 000 familles avec des produits sains et de leur fournir 70% de leur panier alimentaire. Ici, on pratique une agriculture en relation avec la nature : l'agroécologie. " Pas de pesticides, de l'engrais d'origine organique. On essaie de réintroduire des espèces typiques de la région comme des variétés de tomates ou de pommes " à l’ancienne ", explique Ariane Hermans des "Compagnons de la Terre". "On propose l’auto-cueillette et on écoule via un seul intermédiaire, histoire de ne pas les multiplier. Quant aux rendements, ils ont supérieurs à ceux obtenus par l'agriculture conventionnelle ". L’agriculture de demain sera plus locale et participative.

Les Compagnons de la terre ont l'ambition d'engager une vingtaine de personnes. Cela prendra quelques années : on n’en n'est qu'au début : pour l'instant ce sont les bénévoles qui se relaient.

Des prix comparables à ceux du bio

Les produits seront directement transformés à la ferme. C’est déjà le cas ici à Neupré, à la ferme Larock. Les vaches donnent du lait qui sera transformé en fromage et vendu sur place. C’est ce qui s’appelle le circuit court! Ici même les vaches ont l'air heureuses : elles ont droit à deux fois plus de place pour gambader... Au menu : " de l'herbe, et exclusivement de l’herbe, je ne vois pas pourquoi je donnerais des céréales à un herbivore ", nous dit Cyrille Larock, 22 ans et passionné par son métier.

Si on est bien conscients qu'on ne remplacera pas l'agriculture intensive du jour au lendemain, ces passionnés plaident pour une alternative, il est grand temps ...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK