100 fois plus de vitamine C dans la pomme d'hier que dans celle d'aujourd'hui ?

On dit souvent qu'il y a plus de vitamines et de valeurs nutritives dans les aliments d'hier que dans ceux d'aujourd'hui ... surtout, semble-t-il, au niveau des fruits et légumes. Le net véhicule ces idées mais, qu'en est-il? C'est un peu vrai et pas tout à fait faux, semble-t-il. Deux experts tempèrent cette affirmation.

Tout était différent avant! On faisait ses courses chez le maraîcher du coin, on choisissait ses fruits et légumes en papotant. Tout avait une saveur différente, paraît-il ... c'est en tout cas ce qu'on dit souvent et c'est ce qui circule sur le net et ailleurs. Ainsi, la pomme d'antan avait, paraît-il, des vertus étonnantes. Selon une étude américaine, elle contiendrait cent fois plus de vitamine C que la pomme d'aujourd'hui.

En 1950, dans les vergers, il y avait des pommiers, des arbres fruitiers, des vrais avec une centaine d'arbres par hectare et des variétés très différentes comme la rainette de France, la gueule de mouton ou la rainette étoilée. Tout était bien différent des vergers d'aujourd'hui exclusivement composés de basses tiges - 3.000 par hectare - avec une variété star : la Jonagold. Cette culture intensive explique-t-elle la différence de vitamine dans les fruits? Y avait-il vraiment 100 fois plus de vitamines C dans la pomme d'hier que dans celle d'aujourdhui? Marc Lateur est chercheur au Centre wallon de recherches agronomiques (Cra-W), il a effectué des études sur le sujet. Selon lui, il y a du vrai et du faux : "Pour commencer, il est évident qu'il faut comparer ce qui est comparable. On ne va pas comparer la teneur en vitamine C d'une Golden avec celle d'une Gala. La Golden, fait, grosso modo, 10 mg. de vitamine C par 100 grammes de fruit et une Gala va faire en moyenne 2-3 mg. par 100 grammes de fruit". Il faut bien entendu comparer des Golden à des Golden. Eh bien, la Golden d'aujourd'hui a la même teneur en vitamine C que la Golden de 1956, soit 10 mg. Et les pommes d'hier? Avaient-elles plus de vitamines ? ... oui et non. Ainsi, la rainette de France comportait 20 mg de vitamine C mais la rainette étoilée seulement 2 mg.

100 fois plus de vitamine C ? 

Alors, en moyenne, la vitamine C était-elle plus présente - 100x plus - dans les pommes, il y a 50 ans ? "D'après nos études, en moyenne, les variétés anciennes ont plus de vitamines C que les variétés commerciales actuelles mais certainement pas cent fois plus que les variétés modernes. On pourrait dire qu'elles ont deux fois plus de vitamine C que les variétés modernes", précise Marc Lateur.

Et les nutriments?

Et pour les nutriments - par exemple le magnésium, le potassium ou encore la teneur en eau ou en fibres-, qu'en est-il? On a déjà vu sur le net des affirmations concernant des comparaisons entre des légumes d'hier et d'aujourd'hui. Au niveau de leur composition, les aliments d'aujourd'hui sont critiqués. A l'Université de Liège, Joël Pincemail, coordinateur de la plate-forme nutrition antioxydante et santé, nous propose de consulter des tables de composition de la tomate et du brocoli.

Pour le brocoli le taux de certains nutriments a diminué avec le temps, un peu seulement. Par exemple, la teneur en fibre passe d'une valeur de 3,6 en 1984 à une valeur de 3,1 en 2015. Pour ce légume, en trente ans, le potassium passe de 400 à 340. Mais, ce n'est pas vraiment significatif précise l'expert de l'Université de Liège : "On considère que lorsque la diminution n'est que de 20%, par exemple, eh bien, ce n'est pas vraiment significatif".

Mais pour la tomate, en tout cas pour le magnésium, la valeur a diminué de moitié entre 1984 et 2015? Alors, ça, Mr. Pincemail, n'est-ce pas révélateur ? "Dans la table de composition, on va avoir le mot "tomate" et c'est tout! Et donc, suivant les tables de composition, les variétés de légumes peuvent être différentes, ce qui peut expliquer pourquoi on a des différences qui sont parfois aussi importantes". Les méthodes d'analyse ont aussi évolué dans le temps, voilà certainement pourquoi, il est très compliqué d'établir des comparaisons exactes ... pas de quoi en tout cas alarmer le consommateur sur le net ou ailleurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK