Se nourrir de lumière, la dangereuse conviction du respirianisme

Nos oreilles n'en reviennent toujours pas. En entrant dans cette salle de conférence namuroise, nous ne nous attendions pas à un tel discours. Le conférencier, dont nous tairons le nom, entame sa prestation par ces paroles : "Le prana, c'est des particules de lumière très brillantes qu'on voit dans le ciel. C'est l'énergie universelle de vie. Se nourrir de prana, c'est à terme la capacité de ne plus avoir besoin de manger pour se maintenir en vie."

Le conférencier qui parle est un respirianiste... le genre de personnes surveillées par l'observatoire des sectes. "Le respirianisme, c'est un mouvement qui est mondial et où les personnes cherchent à réduire leur alimentation classique pour ne se nourrir que d'énergie, de prana, disent-ils, une sorte de fluide qui les nourrirait complètement." nous explique Sandrine Mathen, psychologue au CIAOSN (Centre d'Information et d'Avis sur les Organisations Sectaires Nuisibles). Pour soutenir sa théorie, le conférencier nous parle de personnes exemplaires qui auraient arrêté complétement la nourriture solide et la boisson. "Vous avez Prahlad Jani, ça fait soixante ans passés qu'il ne mange pas et il est passé dans l'équipe de la clinique médicale avec le scanner et tout et on n'arrive pas à comprendre. Si, on comprend très bien, mais ce n'est pas prouvé scientifiquement." Ce qui n'est absolument pas prouvé scientifiquement, c'est la durée de leur privation de nourriture et de boisson. "Les fers de lance de ce mouvement, finalement, ne se sont jamais prêtés à des expériences scientifiques rigoureuses et je dirais même qu'il y en a quand-même une qui s'est prêtée à ce genre d'expériences mais, après trois jours, elle a dû arrêter son régime. On a dû lui injecter justement du liquide parce que finalement, elle était en train de mourir." rapporte Serge Pieters, président de l'UPDLF (Union Professionnelle des Diplômés en Diététique de Langue Française).

Des vertus infondées

Peu importe le manque de preuve scientifique, le conférencier, qui prétend se priver drastiquement lui-même de nourriture solide et de boisson, poursuit son argumentation. Il nous parle cette fois des prétendus avantages de se nourrir de prana. "Le mérite du prana, ce n'est pas tellement d'être pranique. C'est surtout tout ce que ça apporte : un super nettoyage, une ouverture de conscience pas possible, une super santé, vous n'êtes pas fatigué, vous dormez beaucoup moins, vous récupérez du temps, vous faites des économies et là, vous voyez la vie beaucoup plus en couleurs." Ces avantages ne sont pas vérifiés. Ils sont pour le moins surévalués. Les risques, eux, sont bien réels, comme nous le rappelle Serge Pieters : "Il y a énormément de risques. En fait, on rentre réellement dans ce qu'on appelle les cures de jeûne. La plupart du temps, ils ont tendance à ne pas boire et à ne pas manger, or on sait que ne pas boire est délétère après trois, quatre jours et donc on peut avoir un taux de mortalité très élevé et ne pas manger plus de quarante jours est d'office délétère également. On a eu suffisamment de preuves dans l'histoire, que les périodes de famines donnaient justement une augmentation de la mortalité." Sandrine Mathen également met en garde : "La presse a inventorié six personnes qui sont décédées des suites directes ou indirectes de ce processus."

Se mettre en danger

Ces risques semblent ignorés par certaines personnes, présentes dans le public ce soir-là. Comme cette dame qui a réduit drastiquement sa nourriture solide. Elle interpelle le conférencier. "J'ai fait une prise de sang et là, il y a carence... magnésium, cholestérol, vitamine A..." La réponse du conférencier nous laisse pour le moins perplexe : "L'énergie universelle de vie va relancer le processus d'autoguérison du corps et faire que vous réglez énormément de choses, énormément de choses. Il y a des choses qu'on ne peut pas expliquer à cette heure-ci. Malgré des carences, ça peut tout à fait fonctionner." Cela vaut-il la peine de mettre sa vie en danger pour, semblerait-il, se sentir plus heureux, comme le prétend le conférencier-respirianiste ? "J'étais en amour pour tout le monde. Et vous savez quoi? Je regarde, et c'est vrai, je regarde une crotte de chien, maintenant, je la trouve belle. Je vous garantis que c'est vrai! Je vous garantis que c'est vrai!" Incroyable quand-même, ce que la privation de nourriture peut provoquer chez certaines personnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir