Réserve d'argent, carte de magasin... Les dangers du crédit qui ne dit pas vraiment son nom

Démarchage par téléphone, par mail ou par courrier, cartes de crédit proposées par la grande distribution, la tentation du crédit à la consommation est partout autour de nous. Mais est-il vraiment si facile de disposer de ces réserves d'argent ? Et surtout, y-a-t il une limite qui nous est imposée un moment donné ? Nous avons fait le test avec Virginie, une jeune mère de famille qui a bien voulu être notre complice. Elle a tenté d'amasser un maximum de crédits en un minimum de temps... Avec ce constat : s'endetter, ce n'est vraiment pas compliqué.   

Disposer d'une réserve d'argent, accessible à tout moment, c'est tentant, surtout quand, comme Virginie, on vit à budget tendu. Virginie vit avec son conjoint et est mère d'un enfant. Elle travaille à 4/5ème temps, en CDI, et vit dans un logement social. Les fins de mois sont parfois difficiles. Si l'on additionne ses revenus, ceux de son conjoint et les allocations familiales, elle dispose d'un budget mensuel de 2500 € environ. Côté charges, un loyer de 500€, un crédit auto de 185€, les dépenses du ménage, qui tournent autour 1600€, et elle arrive à dégager une épargne d'environ 200€ par mois. Bref, à la fin du mois il reste moins de 80€ pour les extras. Elle dispose aussi d'une carte Visa plafonnée à 2000€. Pourtant, en quelques minutes, et par téléphone, Virginie décroche un crédit de 2500€ chez Cofidis. Pour cela, elle devra rembourser 150€ par mois, avec un taux d'intérêt effectif global de .... 12.5%. C'est énorme.  

Quand la grande distribution encourage le crédit

Et Virginie ne va pas s'arrêter là. En camera cachée, nous l'accompagnons chez Carrefour où elle va aussi demander un ligne de crédit via la carte du magasin.  Ici, en fonction de ses revenus, Carrefour lui octroie une ligne de crédit de 1250€. La demande est directement introduite via l'ordinateur, en quelques minutes, la réponse arrive : la demande est acceptée. Virginie peut même commencer ses achats tout de suite. Carrefour n'hésite pas à encourager l'utilisation de la carte : à chaque passage en caisse, les points s'accumulent et donnent droit à des bons d'achat ... à dépenser chez Carrefour évidemment. Et il est clair que Virginie peut commencer à rêver ... En une après midi, elle s'est constituée une réserve disponible de 3750€.

1,2,3,4 ... Jusqu'à 5 cartes de crédit ! Qui dit mieux ?

Une semaine plus tard, Virginie remet ça. Chez Cofidis d'abord, pour demander une augmentation de sa ligne de crédit. Elle passe sans souci de 2500 à 3500€. La mensualité passe elle de 150 à 210€. Virginie se rendra ensuite chez Cora, Makro et à l'Inno pour chaque fois, demander une carte de crédit. 2000€ par ci, 2500 par là, à chaque fois, la demande est acceptée. Au final, Virginie va se retrouver à la tête de la coquette somme de 11 250€ ... sous forme d'ouverture de crédit, bien entendu. 

Et on se retrouve dans le rouge 

Si elle utilise la totalité de cette somme, Virginie devra rembourser un minimum 512€ par mois .... Autrement dit, même avec les revenus de son conjoint, elle explose son budget, puisqu'une fois toutes ses charges décomptées, il lui restait 80€ par mois. Elle peut aussi dire adieu à son épargne de 200€ par mois. Et tout cela, avec une facilité déconcertante ....

Et que répondent les prêteurs ?

Cora rappelle que tous ses vendeurs de crédit ont reçu la formation légalement prévue et accompagnent le demandeur dans sa démarche. Baptiste Van Outryve, porte-parole de Carrefour, réfute l'idée que l'ouverture de crédit a été obtenue chez eux en quelques minutes. "L'entretien a duré plus de 40 minutes au cours duquel la demande de crédit a été analysée avec soin, et les ouvertures de crédit obtenues par le témoin au préalable n'étaient pas encore légalement enregistrées". 

Anne Defossez, juriste au Centre de Médiation de dettes à Bruxelles a analysé la séquence tournée en caméra cachée de près. Elle confirme que toutes les procédures répondent à la législation en vigueur. ce qui démontre, dit-elle, que l'octroi de crédits ou d'ouverture de crédits est encore bien trop facile aujourd'hui. 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK