Les huiles essentielles: oui, mais gare aux apprentis-sorciers

Elle les appelle "ses précieuses". Depuis 20 ans, Liliane est une inconditionnelle des huiles essentielles. La menthe poivrée contre les maux de tête et la ravintsara pour renforcer l'immunité. En diffusion ou sur un morceau de sucre, pour Liliane, les huiles essentielles ont depuis longtemps remplacé les médicaments."Cet hiver, nous confie-t-elle, j'ai même soigné ma bronchite grâce aux huiles essentielles".

Des adeptes comme Liliane, l'aromathérapie en compte de plus en plus. Le business des huiles essentielles a d'ailleurs fait un bond de 18%. On les trouve facilement dans le commerce et elles ont, auprès du grand public, une image plutôt positive.

Efficaces, mais pas sans danger

Les huiles essentielles semblent avoir des vertus indéniables, même si leur efficacité n'est pas prouvée scientifiquement. Mais peut-on réellement les utiliser pour soigner une bronchite ? Nous avons posé la question à Emmanuelle Schneider, Pneumologue. Pour elle, la réponse est non. "Certes, admet-elle, les huiles essentielles peuvent parfois agir comme un antibiotique, mais, moi, je ne les prescrirais pas. Elles pourraient même aggraver le problème, par exemple, en cas de bronchite chronique".

Les dermatologues sont parmi les plus méfiants. Dominique Tennstedt, chef du service dermatologique des cliniques St-Luc, voit régulièrement arriver en consultation des personnes qui ont abusé des huiles essentielles. Il nous tend une photo d'une patiente dont le visage est couvert d'eczéma. "Elle a voulu apaiser des piqûres d'insectes avec une huile essentielle, nous explique-t-il, et voilà le résultat! Certaines huiles peuvent faire de gros dégâts. Celle à base de pamplemousse, par exemple, sont photosensibles. La pire: les tea-tree, l'arbre à thé", poursuit-il.

Ces critiques, Dominique Baudoux les balaye d'un revers de main. Il est à la tête d'une grande fabrique belge d'huiles essentielles. Il reconnaît que toutes les huiles essentielles ne sont pas inoffensives, mais "il faut relativiser", dit-il. "27 allergènes recensés dans l'aromathérapie, alors que les produits industriels, eux, en contiennent plus d'une centaine."

Pour le moment on connait encore peu les effets des huiles essentielles. Certaines études prouvent déjà qu'elles sont efficaces. Une étude parue en 2001 révèle que sur 18 souris contaminées par la salmonellose, trois rongeurs soignés avec de l'huile essentielle d'Origan ont survécu, contre deux seulement auxquelles on avait injecté des antibiotiques. L'huile essentielle de Tea Tree viendrait à bout de nombreuses bactéries en milieu hospitalier, devenues résistantes aux antibactériens de synthèse. D'ailleurs, un flacon de cette huile était délivré de manière systématique aux militaires australiens pour les aider à lutter contre les infections, avant qu'elle ne soit remplacée à la fin des années 1930 par des antibiotiques.

Dans la cosmétologie, leurs vertus n'ont pas échappé aux laboratoires, qui les utilisent dans leurs produits depuis des années. Leurs vertus antibactériennes, astringentes, régénératrices et cicatrisantes enrichissent de nombreux soins pour le visage. Des études ont montré que l'application d'huile de Tea Tree sur la peau, dans un gel neutre, était aussi efficace contre l'acné qu'un traitement classique.

Gare aux conseils reçus

Le problème avec les huiles essentielles, c'est qu'elles sont en vente libre et qu'elles sont, le plus souvent, vendues sans conseil fiable. Cela a le don d'énerver Julie Bernard, aromathérapeute. "Il faut, explique-t-elle, éviter de jouer aux apprentis-sorciers. Mal utilisées, certaines huiles essentielles peuvent même être  dangereuses". Exemple: la menthe poivrée. En diffusion, elle peut contracter les bronches des enfants en bas-âge et provoquer un étouffement ! Les risques ne sont donc pas minces. Et, pourtant, dans le commerce, rares sont les vendeurs qui connaissent vraiment l'aromathérapie et ses dangers potentiels.

Pour nous le prouver, Julie Bernard s'est rendue en caméra cachée dans des pharmacies et dans des drogueries. Des 5 vendeurs testés, un seul a pu lui fournir des conseils corrects. Les autres étaient au mieux mal informés, au pire à côté de la plaque. Ainsi, cette vendeuse qui semble ignorer que l'huile essentielle de pamplemousse est photosensible ou qui affirme que la menthe poivrée peut aider à l'endormissement, alors qu'elle sert surtout à booster l'énergie!  Si vous utilisez les huiles essentielles, mieux vaut donc vous adresser à un connaisseur! Car ce marché est devenu tellement juteux que les huiles essentielles se vendent un peu trop à la légère... N'utilisez jamais ces huiles pures. Si vous voulez les ingérer, il faut les diluer dans du miel, de l'huile végétale ou sur un morceau de sucre ! Pareil pour un massage : jamais les mettre directement sur la peau, il faut toujours la diluer dans une huile neutre.

Les femmes enceintes ne doivent pas les utiliser dans les premiers mois de la grossesse et même au-delà. Au cas où, il est toujours bon d'avoir le numéro du centre Antipoison près de vous : 070 245 245 (appel gratuit).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK