Les aventures de l'Emmerdeur : pas de Roundup pour Manneken Pis

La Belgique est un pays simple. Prenez le cas des désherbants contenant du glyphosate, dont le célèbre Roundup : leur autorisation de vente dépend du pouvoir fédéral. Mais leur autorisation d'utilisation est du ressort des régions. Le fédéral a décidé de maintenir l'autorisation de vente. Mais, du côté des régions, on avance en ordre dispersé : en Flandre, l'utilisation est autorisée pour les particuliers, moyennant quelques conditions. En Wallonie, l'interdiction pourrait bientôt venir. Et, à Bruxelles, depuis novembre 2016, c'est interdit.

Pour trouver du Roundup, c'est pas compliqué, l'Emmerdeur va dans une grande surface spécialisée dans le bricolage et le jardinage et n'a que l'embarras du choix. A tout hasard, à la caisse, il se renseigne : s'il veut en répandre dans son jardin, à Bruxelles, il a le droit ou pas ? Réponse de la caissière : "Je ne pense pas que ce soit interdit, sinon on l'aurait retiré de la vente".

Arrêtez-moi, je suis un criminel !

On l'a vu, la dame se trompe. Mais cette interdiction d'utilisation dans la Région de Bruxelles-capitale est-elle vraiment respectée ? Pour le savoir, une seule solution : l'Emmerdeur va généreusement arroser une mauvaise herbe ... Juste en face du commissariat de police d'Uccle, à Bruxelles. Puis, il attend l'arrestation qui ne devrait pas tarder. Au bout de cinq minutes, et comme l'Emmerdeur a encore quelques pelouses à désherber, il décide de demander conseil à un policier.

- Je risque une amende, je risque la prison ?
- Ah non, y a personne qui sait que vous faites ça, hein !
- Mais, si je jette le flacon maintenant, ce sera encore plus dangereux.
- Ah ben oui ! le mieux, c'est de l'utiliser et ne plus en acheter après.

Auderghem, morne plaine ...

A présent, l'Emmerdeur va dans une jardinerie d'Auderghem, en région bruxelloise. Où l'usage du Roundup est donc ... interdit. Mais où sa vente est ... autorisée, c'est bien, y en a qui suivent ! Mais est-ce aussi clair pour tout le monde ? Réponse d'un employé : "Si la vente est autorisée, l'usage est autorisé aussi".

Histoire de vérifier cette affirmation, l'Emmerdeur dégaine son glyphosate devant le commissariat de Woluwé Saint-Pierre. Sans aucune réaction des pandores. Apparemment, pour les policiers du coin, la répression de l'usage des tueurs de plantes n'est pas une priorité.

Je jette ou pas ?

Reste que l'Emmerdeur se retrouve à présent avec du désherbant dont il ne peut rien faire, puisque la ministre bruxelloise de l'environnement en interdit l'usage. Il va donc au cabinet de la Ministre pour demander à un employé : je jette ou j'utilise discrètement ? "Je pense pas qu'il y a quelqu'un avec des jumelles qui voit votre jardin, hein !".

Vente autorisée mais usage interdit, un système tellement absurde que même ceux qui sont censés connaître la loi et la faire respecter avouent leur ignorance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK