La cryothérapie corps entier n'est pas un jeu

C’est la nouvelle mode en ce moment… Un peu partout fleurissent en effet des centres basés sur la cryothérapie (comprenez la thérapie par le froid). En clair, vous entrez dans une cabine (la tête reste en dehors) qui va monter jusqu’à moins 160 degrés. Durée du supplice : 3 minutes maximum. De quoi prendre d’importantes mesures de précaution...

La cryothérapie est reconnue pour soulager de nombreux maux (psoriasis, arthrite, lumbago, douleur musculaire…), aussi est-elle recommandée par de plus en plus de médecins. Il faut dire que le corps, soumis à un froid très extrême, libère des endorphines qui donnent très vite une sensation de flottement agréable. En sortant de la cabine, la peau est comme congelée, anesthésiée, ce qui en fait un atout pour les personnes souffrant de maladies cutanées ou de démangeaisons. "Ceux qui disent que cela fait aussi maigrir exagèrent…, précise Olivier Detienne, kinésithérapeute. Vous perdez environ 800 kcal sur une séance, mais ça ne veut pas dire que le lendemain, vous ne les reprendrez pas". Une mise en garde qui cible ceux qui verraient la cryothérapie comme un petit plus bien-être. Car ce sont ceux-là qui prennent le plus de risques en poussant la porte de centres basés sur la thérapie par le froid. 

En effet, tout le monde n’est pas fait pour cette pratique. Les contre-indications sont nombreuses : AVC, infarctus, grossesse, hypertension… Mieux vaut être prévenu. Et c’est généralement le cas dans les instituts. En effet, à peine arrivé, on vous soumet à un questionnaire médical. Simple formalité, car très vite, on vous demande de vous dévêtir pour passer aux choses sérieuses. Il faut se déshabiller et enfiler des chaussons. La cabine n’attend pas. 

D’aspect futuriste, elle vous promet de vous sentir mieux après… Mais quid du pendant ? A un tel niveau de froid, un malaise est très vite arrivé. Aussi, il est indispensable de redoubler de vigilance. Comment ? D’abord, en prenant la tension. Ensuite, en parlant avec la personne dans la cabine pour s’assurer que celle-ci va bien. Et c’est là tout le problème. Dans un institut, ces règles n’ont pas été suivies par l’opératrice. Pire, elle n’avait pas de tensiomètre et a laissé pendant un court instant une dame seule dans la cabine à -150 degrés. 

Alors dangereux ? Oui, si les mesures de précaution sont défaillantes. Si l’on ne prend pas votre tension et si on n’analyse pas avec vous le questionnaire médical, un conseil : fuyez l’endroit. La cryothérapie porte bien son nom, elle est thérapeutique, donc pertinente si l’encadrement est médical.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK