Avec "Pigeons", testons le niveau de belgitude de la Vlaamse kust

Avec la montée en flèche des votes Vlaams Belang et N-VA à la côte, on peut se demander si le francophone y est encore le bienvenu. Pour le savoir, une seule solution : y aller et se faire passer pour un francophone qui, pour reprendre l’expression inoubliable d’Yves Leterme, "n’est pas en état intellectuel d’apprendre le néerlandais".

Première étape : Nieuport

Aux élections fédérales, la N-VA y a remporté 29,7%, le Vlaams Belang 20,3%. Autant dire que, en théorie, si on demande son chemin en français sans même commencer par un "Excusez-moi, je ne parle pas néerlandais", on risque de se faire sérieusement rabrouer. Eh bien, pas du tout ! Tous les gens nous répondent en français, ou, s’ils ne le parlent pas, en anglais. On a même trouvé un magasin qui vend des petits et des grands drapeaux belges. Et, quand on demande à la vendeuse si ça se vend bien, la réponse fuse : "Ah oui ! C’est la Belgique, ici !"

Direction Ostende

Aux élections fédérales, 20,7% pour la N-VA, 20,6% pour le Vlaams Belang. Pourtant, ici aussi, on est frappés de la gentillesse des gens : tout le monde fait l’effort de nous répondre en français. Un habitant fait même un bon bout de chemin avec nous pour être sûr qu’on ne se perde pas.

Faites l’effort !

Bien entendu, c’est juste un instantané, pas un sondage scientifique. Mais la conclusion de cette journée, c’est qu’on est encore généralement bien accueilli à la côte, quelle que soit la langue que l’on parle. Cela étant… Si vous faites l’effort de parler quelques mots de néerlandais, on est sûrs que vous serez encore mieux accueillis !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK