Acheter du matériel pour cultiver du cannabis ? A Bruxelles, c'est possible

La Belgique est l'une des plaques tournantes du trafic de cannabis, tant en matière de vente que de production. Du point de vue logistique; il faut du matériel conséquent pour pouvoir cultiver- en toute discrétion- une grande quantité de cannabis. Notre équipe s’est rendue en caméra cachée dans un magasin spécialisé en horticulture. Sans aucun problème, le vendeur lui a donné tous les conseils pour cultiver la plante mais aussi pour éviter d’éventuels contrôles de la police.

Lors de l’élaboration de notre devis, le vendeur nous a sorti une commande d’un client précédent. Celui-ci a acheté pour 25 000 euros de matériel. On peut parler d’un gros trafiquant puis qu’avec un tel arsenal, il y a moyen de récolter 100 kilos de cannabis par an.

Notre équipe est repartie avec un devis plus modeste. Nous avons calculé que la vente de notre cannabis nous rapporterait 120 000 euros par an minimum et en toute illégalité. Pourtant, ce vendeur n’enfreint pas la loi : il n’est pas sensé savoir à quoi servira son matériel d’horticulture…

Normalement, le vendeur n'est pas sensé connaître ce qu'on va cultiver. Les conseils pour ne pas se faire repérer par la police, par contre, sont limites ! On est face à une certaine forme d'hypocrisie: on ne devrait pas avoir des graines de cannabis en Belgique mais on tolère le plant de cannabis puisqu'une consommation de moins de 3 grammes est permise. On vend pourtant du matériel de professionnel pour en cultiver 100 kilos. C'est quand même un fameux paradoxe !

Au niveau légal, en Belgique, on est plutôt tolérant avec le cannabis. Mais quand ce n’est pas du cannabis, cette règle ne s’applique pas. Vous risquez, si vous êtes consommateurs, la confiscation, une amende, du travail d’intérêt général, etc. Le vendeur, lui, risque évidemment une peine de prison. La police surveille la toile, les douanes contrôlent les colis postaux, mais une grande partie des envois passent entre les mailles du filet...

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK