Access bars: simplement du bien-être ou une médecine parallèle?

Ce processus nous vient tout droit des États-Unis. Un certain Gary Douglas a mis au point cette technique. Cet auteur et conférencier américain fut proche à une époque de l’Église de Scientologie pour finalement s'en détacher et créer ce qu'il appellera Access Consciousness au début des années 2000. Cette pratique a débarqué en Belgique francophone il y a presque 4 ans et porte le nom d'Access bars.

L'Access bars se définit comme un soin énergétique. "Il s'agit d’activer par un toucher doux, 32 points situés sur le crâne. Ces 32 points activent des connexions électromagnétiques (comme le champ d’énergie d’une pile) appelées Bar", peut-on lire sur le site belge de l'Access Bars.

Nettoyage de vieux fichiers

Dans la pratique, la personne qui reçoit le soin est allongée et le praticien pose ses doigts successivement sur les 32 points de la tête. Ce n'est pas un massage car les doigts ne bougent pas. C'est une sorte de "nettoyage" qui permettrait de libérer les individus de leurs pensées, limitations et mémoires. Un peu comme si on effaçait des vieux fichiers sur un ordinateur.

Là où ça va plus loin, c'est que le site web annonce que ça peut provoquer des changements dans la vie en terme de "santé, de vieillissement, d'argent ou encore de sexualité..." Dans la vidéo de présentation, on voit même le mot "guérison" apparaître. "Soin, guérison, santé". A s'y méprendre, on pourrait penser qu'il s'agit d'une nouvelle forme de médecine. Pourtant, les praticiens s'en défendent.

Hyperthyroïdie

Comment être sûr que, dans l'intimité d'un cabinet, ils ne vont pas outrepasser leur rôle? Pour le savoir, nous avons imaginé un scénario tout à fait plausible avec le Dr. Guy Beuken, professeur de médecine générale à l'UCL. Je [le journaliste Emmanuel Morimont, NDLR] vais me rendre en caméra cachée chez 3 praticiennes. Je vais évoquer un problème de stress et de harcèlement au travail. Mais, les symptômes sont bien précis:

  • J'ai chaud et je transpire plus que d'habitude
  • Mes mains tremblent voire même tout l'intérieur de mon corps
  • Mon cœur bat plus vite
  • J'ai perdu 4 kilos alors que je mange toujours autant.

"Ce tableau est tout à fait caractéristique d’une hyperthyroïdie, qu’il faut prendre en charge sans tarder. Aucun médecin ne va omettre d’évoquer rapidement ce diagnostic en entendant la description des symptômes", explique le médecin généraliste.

Je vous conseillerais de faire une prise de sang

La première praticienne va réagir rapidement à l'évocation des symptômes: "je vous conseillerais d'aller faire simplement une prise de sang chez votre médecin. Un check-up. Imaginons qu'il y ait un petit virus, le travail que je fais ne va rien pouvoir y faire. C'est uniquement émotionnel". C'est clair et limpide. Elle joue la carte de la transparence. Rien à lui reprocher.

La chasse aux mammouths

La deuxième tentative sera plus étonnante. La seconde praticienne a une explication très rationnelle à ce que je ressens: "votre cerveau, il vous envoie à chaque fois du cortisol et de l'adrénaline. Et les symptômes que vous avez, c'est parce que votre réservoir de cortisol et d'adrénaline est trop rempli. Vous êtes dans votre cerveau reptilien, le cerveau des hommes préhistoriques. Ils partaient à la chasse au mammouth. Ils voyaient un mammouth. Cortisol, adrénaline. Le réservoir se remplit. Ça veut dire que le cœur va battre plus vite, ça veut dire qu'on va transpirer... "

Le cerveau reptilien existe effectivement mais, pour le Dr. Guy Beuken: "elle utilise des concepts réels qu'elle agrémente à sa sauce pour expliquer d'une façon totalement irrationnelle ce que vous éprouvez".

Si la praticienne semble bienveillante à mon égard, à aucun moment, elle ne me conseillera d'aller consulter un médecin. Il y a un risque évident de retarder la bonne prise en charge du patient.

La méthode Ho'oponopono

Mais, nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Chez la dernière, ça commence en force: "c'est 50 euros la séance mais si vous en prenez trois, c'est 120".

Elle prétend me scanner avec ses mains pour m'enlever des picots dans la gorge. Elle aurait des résultats extraordinaires: "c'est ma vie. Je suis là pour guérir les autres, pour les aider à guérir". Ici, on franchit clairement une frontière.

En plus des bars, elle va me noyer dans l'explication de toutes ses techniques: le Reiki chambala qui aurait cicatrisé une plaie ouverte, la méthode Ho'oponopono qui aurait permis à un médecin Hawaïen de guérir tous les malades d'un hôpital psychiatrique sans les rencontrer. Sans parler de son ange gardien et de ses rayons : "Quand vous êtes dans les embouteillages, vous envoyez du rayon vert et du rayon violet devant vous et vous allez voir que la circulation va se fluidifier".

On est en plein délire

Si l'envie de rire nous démange, ce cas pose question: "on est en plein délire. Il y a un problème psychiatrique chez la praticienne. C'est clairement dangereux. Je serais inquiet si un de mes patients allait consulter ce genre de pseudo-thérapeute. Ça ne correspond à rien de scientifique. C'est du grand n'importe quoi", conclut Guy Beuken.

Sur les trois praticiennes, une seule a eu le bon réflexe de m'envoyer directement chez un médecin. La responsable du site web sur lequel sont répertoriées les praticiennes a refusé notre demande d'interview.

L'Access bars, un business aussi

Dans certains cas, l'Access bars est devenu un business. Nous avons payé entre 50 et 60 euros pour une heure de soin. Toutes les praticiennes que nous avons consultées ont un numéro d'entreprise . La plus dangereuse des trois est même reprise sous la classification  "activités relatives à la santé mentale, sauf hôpitaux et maisons de soins psychiatriques". Cette sous-classe comprend les psychologues ou encore les psychothérapeutes. Psychologue est une profession réglementée, pas psychothérapeute. Même si la ministre de la santé, Maggie De Block, est en passe de le faire. Aujourd'hui, n'importe qui peut s'enregistrer comme psychothérapeute. C'est parfois la porte ouverte vers des abus. On précisera que, pour devenir praticienne "Access bars", il faut suivre seulement une journée de formation. Ce qui semble fort léger.

Chacun est libre d'y croire

Faut-il pour autant balayer d'un revers de main cette technique? Si elle permet à certaines personnes de se sentir mieux, pourquoi pas ? C'est finalement la liberté de chacun. Mais, on est dans l'ordre de la croyance voire de la spiritualité et non de la science. Maintenant, si un praticien Access bars prétend guérir en se faisant payer, c'est clairement de l'exercice illégal de la médecine. Autant le savoir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK