Parking hors-voirie : pourquoi c'est cher (et pourquoi ça risque de ne pas changer)

Annie est bruxelloise. Quand elle va faire ses courses et qu'elle n'a pas envie de tourner trois quarts d’heure à la recherche d’un stationnement, elle va directement au parking. Celui de son quartier est géré par la société Q-Park. Et affiche, à l'entrée, le tarif : 2 euros.

Aujourd'hui, Annie est pressée. Et, accessoirement, elle ne tient pas vraiment à donner trop d’argent à M. Q-Park. Elle se dépêche donc de faire ses courses. Shopping bouclé en 54 minutes top chrono. Pourtant, quand elle met son ticket dans la machine, le prix affiché la surprend quelque peu : 4 euros.

Tromperie ?

Alors, elle regarde un peu mieux les tarifs : 2 euros, ici, ça ne donne pas droit à une heure mais uniquement à 50 minutes. Et ça, ça énerve Annie :

"Pour moi, c'est une tromperie. C'est comme les produits qui gardent le prix inchangé, mais diminuent la quantité, passant d'un litre à 90 centilitres."

Panorama des parkings

A Bruxelles, le gâteau des parkings hors-voirie est partagé entre Interparking : plus de 15 000 places. Indigo, dans les 6 000 places et Q-Park dans les 4 500 places.

Pour 2016, Interparking annonçait un chiffre d’affaire en Belgique de quelque 110 millions d’euros.

QPark annonce 825 millions d’euros, mais pour toute l’Europe.

Quant à Indigo, groupe français, qui s’appelait Vinci, il est présent de l’Estonie à la Colombie. Chiffre d’affaire 2016 : 687 millions d’euros pour le monde entier.

Une petite pièce...

Bref, un business planétaire, qui vous alimentez à coups de 2 euros.

Et un business qui, pour maximiser ses profits, n’hésite pas à recourir au vieux truc qui consiste à ne pas toucher au prix, mais à diminuer ce à quoi il donne droit.

Plus fort que les deux euros pour 50 minutes, au parking Louise d’Indigo, 2 euros ne vous donnent droit qu’à 45 minutes. Même tarif au QPark Centre. Aux QPark Dansaert et Lepage, autre invention : c’est plus cher du 1° décembre au 31 janvier. Et, au parking juste à côté de l'entrée de l’hôpital Erasme c’est gratuit la première demi-heure, mais après une heure, ça vous coûtera 20 euros. Il est vrai qu’un parking à tarifs normaux est disponible 50 mètres plus loin.

Des prix à comparer avec le parking en surface

En surface, à l'horodateur, la durée minimale est d’une demi-heure. Ensuite, dans la plupart des communes, on peut payer par tranche de 10 centimes. Et donc, moduler son temps. Contrairement au parking hors-voirie, où chaque heure entamée est due.

D'où la question que se pose Annie

Pourquoi faut-il toujours payer par tranche d'une heure ? Pourquoi ne pas payer par tranche de 10 ou 12 minutes ? C'est tout simple. Et c'est plus juste...

On a voulu poser la question aux responsables de Q Park, mais ils n'ont pas trouvé dix minutes nous répondre.

Alors, on a plutôt rencontré Thomas Bimson, d'Indigo.

Pourquoi ne pas payer au quart d'heure voire, carrément à la minute ?

Tarifer à la minute peut paraître plus fair play. Mais il y a un inconvénient majeur : pour garder nos revenus constants, il faudrait augmenter les tarifs de 20 à 25%. Donc, celui qui reste 1 heure 2 minutes payerait moins qu'actuellement. Mais celui qui ne reste que 59 minutes payerait plus cher. Certains pays ont déjà repris ce système dans leur législation. En Espagne, la tarification à la minute est obligatoire. En France, c'est la tarification par quart d'heure qui est la règle.

Bref, le consommateur ne serait pas forcément gagnant. Qui a dit "Comme d'habitude" ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK