On a voulu faires nos petites emplettes avec un gros billet

Depuis que la Banque centrale européenne a arrêté d'imprimer les billets de 500 euros, la coupure la plus élevée est de 200 euros. Mais vous ne pouvez pas tout payer avec ce billet. Le SPF économie est formel : "Un vendeur pourrait refuser des grandes coupures de 500 et de 200 euros si le montant à payer est de moins que 50 % de la valeur de la coupure".

Mais est-ce vraiment le cas ?

Pour le savoir, direction Louvain-la-Neuve. Première étape, acheter le journal. Valeur du quotidien : 1 euro 90, valeur du billet : 200 euros. Aucun souci, le marchand de journaux a une machine qui avale les billets, calcule le change et recrache le reste sous forme de petites coupures. Il n'y a plus qu'à les compter (il ne faut JAMAIS faire confiance aux machines). Le compte est bon, au-revoir et merci !

Le temps de passer prendre un nouveau billet de 200 euros, et nous revoici d'attaque

Direction, une moyenne surface spécialisée dans les produits de beauté. Là, on tombe sous le charme d'un merveilleux galet effervescent pour bain de pieds, car on a toujours besoin de galets effervescents pour bains de pied. Prix : 1 euro 99.

"Vous n'avez rien contre les grosses coupures j'espère ?" Eh bien si, justement ! La dame est désolée mais n'a pas le change pour une si grosse coupure. Même résultat chez le marchand de saucissons à 4 euros et la vendeuse de serviettes de bain à 3 euros 70 (sac en papier à 20 centimes inclus).

Finalement, c'est le vendeur de BD qui, après nous avoir regardés comme si nous étions des martiens, a bien voulu nous rendre le change sur 200 euros même si le manga que nous achetions ne coûtait que... 3 euros !

Vous voulez qu'on vous dise ? Les commerçants de Louvain-la-Neuve, eh bien ils sont bien patients !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK