Un chauffagiste d'urgence le week-end: la note peut être salée

Les températures flirtent avec les -5°. C'est le week-end. Et paf! La chaudière tombe en panne... Une adolescente en plein blocus appelle sa maman qui, sur la route avec son gsm tente de trouver un dépanneur. Speedy Chauffage s'affiche directement: dépannage d'urgence, 7j/7 partout à Bruxelles, "90 euros de frais de déplacement" clairement affiché. Elle n'hésite pas et appelle...

Le chauffagiste débarque vers 19h le samedi, enlève le capot du brûleur et dit d'emblée, il y a un problème sur la sécurité. La cliente, qui s'apprête a changer de système de chauffage la semaine suivante refuse les travaux, et demande de payer. Le chauffagiste lui sort un bon de commande de 360 euros, hors TVA! Voici le détail:

90 euros de déplacement - 150 euros de diagnostic et comme il était tard 50% de plus à la facture!

De plus, le chauffagiste exige le paiement immédiat avec preuve de paiement à l'appui par mail sur le champs. Très clairement, c'est abuser! Seuls, les 90 euros sont indiqués sur le site. Par contre, il n'indique pas clairement le montant des frais supplémentaires qui sont prévisibles en cas de diagnostic. De plus, il est indiqué sur le bon de commande (en tout petit) que la cliente a huit jours pour payer!

Et enfin, cerise sur le gâteau, le diagnostic de Speedy Chauffage était mauvais: en réalité, il n'y avait plus de mazout dans la cuve! Un comble!

Bref! Dans la panique, on va souvent au plus facile... ce n'est pas nécessairement un bon plan! Prenez le temps de bien examiner toutes les offres et tentez d'appeler tout de même votre chauffagiste habituel, on ne sait jamais...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK