Leur maison "clé sur porte" leur pourrit la vie depuis 8 ans

En plein salon Batibouw, vous êtes sans doute nombreux à vouloir vous lancer dans la construction d'une maison neuve. La formule la plus courante reste le clé sur porte. L'entreprise s'occupe de tout, un gage, en principe de tranquillité... Mais tout n'est pas toujours rose dans l'univers de la construction...

Une galère depuis 8 ans

Ils ont fait construire leur maison, en 2010, dans un endroit bucolique, proche de Couvin. Une maison plutôt coquette où ils espéraient couler une retraite tranquille. Mais, à bientôt 70 ans, Jean-François et Françoise Brihaye en voient de toutes les couleurs avec leur maison. Cela a commencé par des détails : une fente dans la baignoire, des robinets placés à l'envers, un mur pas tout-à-fait droit dans le salon, un seuil de fenêtre cassé... Puis les ennuis, plus sérieux, se sont accumulés.

Des taches d'humidité sont apparues sur certains murs. Après expertise, il s'est avéré qu'elles avaient été provoquées par des infiltrations venant des tablettes de fenêtres extérieures. Des tablettes en bois, visiblement pas imperméables. Tous ces ratés, l'entreprise de construction les a finalement réparés à sa charge. Le couple pensait enfin pouvoir respirer. Le pire était à venir!

Dans la cave, il y a de l'humidité dans tous les coins. Des traces de moisissures commencent à ronger les murs. En cause, l'eau d'un puisard installée dans la cave. En cas de fortes pluies, tout déborde. Alors, il faut actionner une pompe en permanence. "Le problème, explique Jean-François Brihaye, c'est que lorsqu'il y a de l'orage, il y a panne de courant et la pompe s'arrête. Il faut alors passer des matinées entières à tout racler.

Le problème vient, selon lui, de la pente de la cave, construite dans le mauvais sens. "Si elle avait été construite dans le bon sens, l'eau qui déborde retournerait naturellement vers son puisard. Cela limiterait les dégâts."

Au fur et à mesure que le temps passe, les Brihaye découvrent des soucis bien plus graves encore. "De l'humidité gagne aussi les chambres de l'étage. Après vérification, il apparaît qu'elle est causée par la condensation qui se forme au niveau du grenier. L'isolation n'a pas été placée jusqu'à la pointe du toit. Pire, la tuile d'aération n'a tout simplement pas été installée sur le toit". "Je l'ai retrouvée un jour par hasard, aux abords de la maison, nous raconte Jean-François Brihaye, ils ont oublié de l'installer ou ils n'ont pas voulu le faire... ".

Le bras de fer

Le couple demande dès lors à l'entreprise d'intervenir à ses frais, ce qu'elle refuse. Dans un courrier, elle explique que lors du passage de ses collaborateurs, ils n'ont pas constaté de condensation au niveau du grenier... "Normal, dit Jean-François, ils sont passés après une longue période de sécheresse"...

Le couple ne sait plus à quel saint se vouer. En attendant, leur maison prend l'eau de la cave au grenier. "Cela ne risque-t-il pas de menacer la stabilité de notre maison, s'interroge le couple de septuagénaires, vu que la structure est en bois. Ne parlons même pas de la dévaluation de l'habitation".

"Si nous décidions de partir, je me demande qui voudrait l'acheter", s'inquiète Monsieur Brihaye... Toute la question est de savoir si l'entreprise est réellement responsable de ces problèmes et, si oui, ces "ratés" sont-ils couverts par la garantie décennale?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK