La terrasse de Paola vieillit mal. A qui la faute?

C'est l'histoire d'une belle grande terrasse, enfin "Belle de loin, mais loin d'être belle!" pour sa propriétaire. En effet, à y regarder de plus près, les défauts sautent aux yeux.

"Regardez, ici, le bois est complètement cassé! Ici, on voit que les planches bougent. Ici, il y a carrément un trou. Lorsque vous voulez marcher pieds nus, ça peut même être dangereux. Cette planche-ci, elle est complètement tordue. Enfin, je veux dire, au niveau précision, je pense que ce n'est pas l'ouvrage d'un professionnel. C'est de l'amateurisme. C'est un bricoleur du dimanche qui peut avoir fait ça." regrette Paola, propriétaire d'une grande terrasse. Pour l’entrepreneur qui a réalisé ces travaux il y a six ans, l'état de la terrasse est tout à fait normal. "Pour moi, on ne parle pas ici de malfaçons dans la réalisation qui a été faite par mon entreprise. On parle d'un problème de bois qui, forcément, vit, travaille et évolue avec les conditions climatiques." se défend David Monnier, l'entrepreneur qui a réalisé les travaux. Le problème se limiterait, selon lui, à quelques planches à remplacer. Paola conteste. A côté des imperfections, elle remet même en cause, le bois utilisé. "Je pense qu'il y a un problème au niveau de la qualité du bois, de la provenance, de l'origine. Il n'a jamais pu nous dire d'où venait ce bois." regrette Paola.

Un mauvais certificat

A sa demande, pourtant, son entrepreneur lui a fourni un document. Après vérification, il s'agit d'un certificat phytosanitaire. Il stipule juste que le bois a été traité, fumigé. Par ailleurs, ce certificat ne correspond pas aux planches utilisées pour la terrasse. Il se réfère à des échantillons d'un poids net de quinze kilogrammes. Il en faut plus pour une terrasse. Pour en avoir le cœur net, nous nous sommes rendus dans un laboratoire. Nous y avons laissé un morceau de bois utilisé chez Paola. Un expert va pouvoir déterminer avec certitude s'il s'agit bien de bois ipé, comme prétendu. Résultats dans quelques semaines. Nous avons par ailleurs, retrouvé l'importateur et fournisseur de ce bois. Il reconnait que le certificat qu'il a donné à l'entrepreneur n'est pas le bon. Malgré son erreur, il certifie que le bois de la terrasse est bien de l'ipé, un bois sensé être réputé solide et stable. Edouard Ketels, importateur et fournisseur du bois, s'étonne malgré tout  : "Je suis surpris de voir que six ans après, il y a des gens qui m'interpellent en disant : "Voilà! Le bois, que vous avez livré, il y a six ans, il y a des fentes et il y a des défauts dans ce bois." Pourquoi est-ce qu'on ne m'a pas dit directement que ce bois était mauvais, qu'il y avait des défauts, alors que généralement les bois qu'on livre, ils sont parfaits? Alors là, il y a quelque chose que je ne comprends pas, mais venir six ans après dire que le bois n'est pas bon... moi, je suis un peu scié."

Des résultats d'analyse catégoriques

Comme le doute était permis, nous avons attendu les résultats d'analyse. Ils sont catégoriques. Le bois de la terrasse est bien de l'ipé. Pour Paola, ce n'est qu'un premier réconfort. "Mais dès le départ, avec la qualité du bois, on lui a demandé : "Est-ce que c'était normal?" Et on lui a toujours dit : "Nous vous faisons confiance, dites-nous, qu'est-ce qu'il se passe?" et il nous a toujours dit : "C'est comme ça! C'est normal et si ça bouge, je serai là!" Oui, mais où est-il?" Jusqu'à ce jour, Paola attend toujours un geste de la part de son entrepreneur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK