La Panne: une taxe communale sur les bâtiments délabrés qui coûte cher

Litige: l'abandon et/ou le délabrement de bâtiments peut faire l'objet d'une taxe communale. C'est le cas à La Panne. Bernadette Delvosal, domiciliée à Namur et propriétaire d'une maison dans cette ville balnéaire, est en litige avec la commune. Elle doit payer plus de 3 000 euros pour une taxe sur les bâtiments à l'abandon ou en délabrement. Pourtant, elle a commencé les travaux... mais un peu tard semble-t-il.

Destination de vacances par excellence, La Panne se présente sous son plus beau jour. La mer, les dunes, la digue et ses logements à appartements. Tout est propre et bien entretenu. Vous avez dit "tout"? Pas vraiment! En tout cas, pour la commune, certaines maisons auraient bien besoin d'un petit coup de peinture.

Comme celle de Bernadette Delvosal, une namuroise, propriétaire d'une seconde résidence à La Panne qui doit payer une taxe. Elle a déjà été avertie fin 2014: "Ils demandent que ma façade soit belle pour ne pas choquer dans la rue et dans la ville. Cela nécessite des travaux de peinture sur les boiseries extérieures, les châssis et les volets". Mais les travaux traînent. La mère de Bernadette décède en 2015. Les travaux n'avancent pas. Elle reprend le dessus l'année suivante: "En 2016, j'ai continué un petit peu. Je suis passée au premier étage et j'ai déjà peint le volet principal, celui qui était le plus abîmé. En 2017, j'avais prévu au mois de septembre une semaine pour terminer les travaux mais je suis tombée malade et je n'ai pas pu venir". Petit à petit, la façade de la maison prend donc un plus bel aspect: le volet du rez-de-chaussée est repeint. Ceux du premier étage sont en cours de rénovation. Bernadette y travaille encore aujourd'hui.

Motif d'abandon ou de délabrement de bâtiment

Mais la commune de La Panne perd patience. Après deux années consécutives d'exemption de la taxe, le couperet tombe: Bernadette doit payer 3 250 euros pour les années 2015 à 2017 aux motifs d'abandon ou de délabrement de bâtiment: "S'il faut payer, je paierai mais c'est énorme pour moi. Je me sens volée pour des travaux de peinture. Si toutes les maisons de Belgique donnaient lieu à des amendes comme ça, les communes seraient riches un peu partout".

En attendant, Bernadette poursuit la rénovation des volets... en espérant que la commune de La Panne fasse un geste pour alléger la facture. Pourtant, à ce sujet, Ann Vanheste, la bourgmestre de La Panne est tout à fait claire: "Nous on a déjà fait un effort. La dame sait depuis 2014 qu'elle doit se mettre en ordre. En 2015, ce n'était pas en ordre ni en 2016 donc je pense que de notre côté on a déjà fait un effort. C'est la dame qui n'est pas en ordre et je pense que pour elle, ça coûtera beaucoup moins de régulariser sa situation". Bernadette Delvosal doit donc payer 3 250 euros. Si elle ne termine pas les travaux, elle devrait alors s'acquitter de 4 250 euros fin de cette année. Le plafond sera alors atteint pour ce genre de taxe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK