Elle tombe de haut en voyant sa voiture prétendue bonne pour la casse, en vente chez son garagiste

Elle tombe de haut en voyant sa voiture prétendue bonne pour la casse, en vente chez son garagiste
Elle tombe de haut en voyant sa voiture prétendue bonne pour la casse, en vente chez son garagiste - © Tramino - Getty Images

Laurence vivait une relation paisible depuis cinq ans avec sa voiture, une Ford Ka noire, jusqu’au jour où tout a basculé. Elle ne s’attendait pas à vivre une séparation aussi rocambolesque. Sa voiture sortait de l’entretien quand une grosse panne est survenue.

"En ouvrant le capot de ma voiture, je me rends compte que ça sent le brûlé et je me rends compte que le liquide de refroidissement était éparpillé partout dans le moteur. C’était vraiment rose partout, donc, je téléphone au garagiste en disant que je vais venir amener la voiture demain. Je la fais remorquer et qu’il regarde un petit peu ce qu’il y a comme souci."

Mensonge 1 : irréparable

Après analyse de la panne par le garagiste, le verdict tombe. Laurence nous rapporte les paroles de son garagiste : "La voiture est irréparable. Ce sont les joints de culasse. Le moteur est complètement foutu. On va la racheter. Ce que je te propose, c’est qu’on la rachète et soit on la fait partir pour l’Afrique, soit on la garde pour pièces."

Mensonge 2 : partie pour l’Afrique

Nouveau rebondissement quelques jours plus tard, elle reçoit un coup de fil de son garagiste: "Il me dit: 'Voilà ! Tu peux venir chercher tes sous. J’ai trouvé un acheteur. Ta voiture est partie'. Je suis un peu étonnée, je lui dis : 'Ben, enfin ! Normalement, je devais donner mon accord avant que la voiture ne parte'. Il me répond: 'Oui ! Oui, mais écoute ! C’est un ami ferrailleur. Ça a été vraiment un super prix qu’il t’a proposé donc je n’ai pas eu le choix de laisser partir tellement c’était un prix intéressant'". Le prix est de 400 euros.

Mensonge 3 : "Pas ta voiture !"

La plus grosse surprise reste à venir. Elle survient lorsque Laurence rend visite à son garagiste pour régler quelques documents. "Quand je sors du garage, je vois ma voiture et je m’arrête vraiment tout naturellement en disant : 'Oh tiens ! Ma voiture !' Et puis là, il a quand même le culot de me dire : 'Non ! Non ! Ce n’est pas ta voiture. C’est une autre !' Et je m’approche du véhicule, et je le reconnais."

Rachetée 400 euros, la voiture prétendue irréparable, est mise en vente par son garagiste. Son prix : 5200 euros. Nous appelons ce garage pour avoir une explication. "Cette dame-là, elle se trompe. Sa voiture est partie pour l’exportation, ça, je me rappelle. Je vous invite à venir quand vous voulez." Nous avons accepté son invitation, mais une fois sur place, il refuse notre interview. Nous enregistrons donc l’entrevue en caméra discrète : "Et puis, on n’a pas à vous montrer des numéros de châssis, et tout ça…"

Mensonge 4 : vendue par manque de place

En caméra cachée, une autre équipe s’est rendue chez ce garagiste. La Ford Ka noire est bien là. Son prix de vente est monté cette fois à 5600 euros. Pour essayer de nous la vendre, le garagiste nous dit : "Elle appartenait à une dame. Elle avait deux enfants et à l’arrière, ça devenait difficile !".

Ce garagiste ignore que nous connaissons Laurence, l’ancienne propriétaire de cette voiture. Il nous livre de la sorte deux contrevérités en une : Laurence n’a pas deux enfants, mais un seul et si elle s’est séparée de sa voiture, ce n’est pas par manque de place mais parce qu’on lui aurait affirmé que sa voiture était irréparable.

Numéros de châssis identiques

Notre objectif en visitant ce show-room en caméra cachée est de vérifier si cette voiture, la Ford Ka noire exposée, est bien celle de Laurence. Elle nous a donné des indices. "Sur la portière, il y a une petite griffe." Il y a bien une griffe sur la portière. "Je pense aussi qu’ils ont oublié de sortir un CD de l’appareil, un CD de Louise Attaque." Sur place, nous allumons le lecteur CD, et comme de fait, la musique qui sort des haut-parleurs est bien la musique de Louise Attaque. "Et chose, ben voilà, qu’il ne saurait pas nier, c’est que le numéro de châssis, moi, je l’ai. J’ai la facture originale. Je pense que c’est facilement vérifiable."

Après vérification par nos soins, les numéros correspondent bien.

Versions contradictoires

Plus tard, le garagiste nous fait un début d’aveu quand même, "Donc, elle me dit : "C’est ma voiture !" Je dis : "Oui !"", alors qu’au téléphone, ce même garagiste nous disait "Comme, je lui ai dit avant qu’elle ne parte. Je lui ai dit : 'Non ! Non ! Ce n’est pas la vôtre !'" Ces versions opposées démontrent bien une nouvelle fois un mensonge.

Bref, à l’heure actuelle, tout ce que Laurence a pu récupérer, c’est un CD. Le garagiste ne voulant rien laisser comme bien personnel du propriétaire précédent a bien voulu gentiment nous le donner lors de notre visite en caméra cachée dans son show-room. Nous l’avons restitué à sa propriétaire. C’est une bien maigre consolation, mais Laurence est décidée à ne pas lâcher l’affaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK