Charleroi : un plan de stationnement injuste ?

A Charleroi, le plan de stationnement mis en place il y a un an déjà continue à faire des mécontents : les commerçants de la rue d'Orléans ne décolèrent pas. Ils veulent obtenir le même droit que les riverains, c'est-à-dire pouvoir se garer devant leur commerce. Ce n'est pas le cas. Cette rue se trouve en effet en zone rouge qui ne permet pas d'abonnement de stationnement. Ils doivent donc payer le parcmètre. Voilà qui fait grincer des dents. D'autant plus que la Régie qui contrôle le stationnement a une arme secrète ...

... mais Frédéric Loman, commerçant, a plus d'un tour dans son sac. Il a tout prévu : une trottinette électrique pour parcourir la distance entre son véhicule et son magasin. Frédéric n'est pas content mais qu'est-ce qu'il veut ? "En fait nous voudrions être considérés comme des riverains, de pouvoir nous garer à proximité de notre magasin pour effectuer des chargements et déchargements réguliers". Actuellement, Frédéric paye un abonnement pour parquer son véhicule en zone orange mais s'il veut stationner dans la rue de son magasin - la rue d'Orléans - qui se trouve en zone rouge, il doit, dit-il, à nouveau payer, alimenter un parcmètre même juste pour charger et décharger des marchandises. Et cela pose problème aussi à l'auto-école voisine qui doit prendre et raccompagner des élèves, comme le précise Neslihan Caliskan  : "Par exemple je vais mettre un ticket jusque 14h30 et si j'ai une clientèle ici et que je vais remettre un ticket 5 minutes après 14h30, je vais recevoir un PV chez moi.".

En tout cas, le risque de recevoir un PV est élevé puisque La Régie Communale Autonome qui gère le stationnement à Charleroi dispose d'une voiture qui possède un système implacable : il scanne votre numéro de plaque d'immatriculation et vérifie dans la seconde si vous êtes en dépassement de stationnement. Il peut ainsi scanner 8 000 voitures par jour. Si vous dépassez de quelques minutes et que cette voiture passe justement par là, il vous en coûtera 25 euros de redevance forfaitaire pour la journée et la facture peut être salée comme l'explique une boulangère de la rue d'Orléans, Laurie Paque : "Là, j'en ai pour plus de 1 300 euros. Je ne compte pas les payer pour le moment en tout cas, pas avant qu'on ait trouvé une conciliation et qu'on acceptera de nous recevoir et nous entendre. A ce moment-là, on verra ...".

Pour l'instant des commerçants on trouvé la parade. Toutes les demi-heures, ils retirent un ticket gratuit valable ... une demi-heure. Mais, un peu de retard et c'est 25 euros de redevance forfaitaire! Et il n'y pas que ça, explique une autre commerçante, Dylan Yildirim : " Ce qui se passe c'est que je me vois mal, sortir à minuit avec ma caisse pour aller je ne sais pas où, chercher ma voiture parce que je ne sais pas me garer ici. Voilà, au bout d'un moment, il faut s'arrêter!".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK