Le Parcoville de Charleroi (2012)

Vue  de l'intérieur du dernier parcoville à Parcoville
Vue de l'intérieur du dernier parcoville à Parcoville - © RTBF

Le parcoville est né dans les années 80. Ce système de parking révolutionnaire était censé règler les problèmes de parking, justement, grâce au stationnement automatique. Comment ça marche ? Vous laissez votre voiture à l'entrée et comme par magie, un ascenseur la dépose dans une place prédéfinie. Cela permet de mettre plus de voitures au mètre carré. Aujourd'hui, c'est la ville de Charleroi qui gère les parcovilles. Un cadeau empoisonné car chaque semaine, elle perd de l'argent à entretenir ces parcovilles.

Samy Hosni a déniché le dernier parcoville en Belgique. On en avait construit 6 dans la ville de Charleroi, dont 5 sont aujourd'hui hors-service. Jean-Claude Van Cauwenberghe lance le coup d'envoi de ce projet-pilote. Quatre ans plus tard, le premier parcoville tombe en panne. En 1999, tous ont rendu l'âme: prix trop élevé, pannes, incidents, et faillite de l'exploitant. Malgré cette mauvaise réputation, la ville de Charleroi décide, il y a 10 ans, de continuer l'expérience avec un nouvel exploitant.
Et pourtant, un seul parcoville fonctionne encore à Charleroi. Mais à quel prix ! Ces parkings engendrent chaque année un déficit de 370 000 euros pour la collectivité. La société Epolis a mis un million d'euros pour remettre en service les 6 parcovilles.
C'est la régie communale autonome qui a repris le relais. Il faudrait entre 100 et 200 000 euros pour remettre en état un seul parcoville.  Alors on cherche plutôt à enterrer définitivement le dernier parcoville en service car il coûte trop cher en exploitation. La régie rêve donc de transformer ce lieu. Mais en quoi?

RTBF
Retrouvez le Journal des Travaux Inutiles chaque lundi dans On n'est pas des Pigeons !



Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK