Le centre récréatif des Dolimarts (2011)

Chalet des Dolimarts
Chalet des Dolimarts - © panoramio.com

(Re)découverte d’un centre récréatif à l’abandon, dans le sud de la province de Namur. Son histoire est intéressante: elle a coûté 6 millions d'euros au budget. L'Etat: a voulu créer un centre de réfugiés aux Dolimarts. Aucun réfugié n'y a pourtant jamais mis les pieds et le centre a été entièrement pillé.

Pendant plus de 30 ans, des milliers de touristes venaient s'installer dans des chalets répartis dans un écrin de verdure de 22 hectares. Ils avaient été séduits par la publicité de l'époque qui en vantait les mérites:
" Situé au cœur de la province de Luxembourg, les Dolimarts vous offrent tout le charme des Ardennes avec le confort moderne. Mini golf, Lunapark, dancing et un bowling américain raviront les petits comme les grands. Les Dolimarts, tellement mieux ! "
Et pourtant.... L'an 2000 sonne le glas des Dolimarts. L'Asbl gérée par les Mutualités Socialistes a des dettes et cherche à vendre. C'est le Fédéral qui finit par acheter le site pour la somme de 3,1 millions d'euros avec comme objectif d'y héberger des demandeurs d'asile, alors qu'un centre de réfugiés se trouve déjà à quelques centaines de mètres de là.
10 ans après sa vente à l'Etat, un trou béant se trouve à la place du restaurant. De plus, en s'attaquant à un transformateur, des pilleurs ont déversé sur le sol 800 litres d'ascarel, un réfrigérant extrêmement toxique. L'Etat a donc dû dépolluer le sol, opération qui lui a coûté 2 643 000 euros; presque le prix de vente du terrain. En tout, le Fédéral aura déboursé 6 000 000 euros pour ce centre de vacances. Mais en 2005, le Ministre des Finances décide de vendre. La vente rapporte à peine 550 000 euros. Soit 10 fois moins que ce qu'a dépensé le Fédéral.
Aujourd'hui,  l'entreprise Thomas et Piron est propriétaire d'une partie du domaine. Conformément à leur projet, les chalets seront rasés et céderont la place à un centre high tech.
L'histoire est décidément un éternel recommencement.

RTBF
Retrouvez le Journal des Travaux Inutiles chaque lundi dans On n'est pas des Pigeons !



Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK