Zones blanches : 138.000 ménages belges n’ont pas encore accès à de l’Internet rapide (cartes)

Vendredi dernier, le Conseil des ministres a donné son accord au lancement d’un "plan national pour la large bande fixe et mobile". Objectif visé : supprimer d’ici 2025 les dernières "zones blanches", ces endroits sans internet (fixe) rapide.

Actuellement en Belgique, quelque 138.000 ménages belges n’ont pas encore accès à de l’Internet rapide. Cela représente environ 2% de la surface du territoire, des zones où les entreprises n’ont jusqu’ici pas estimé que cela serait rentable d’investir dans l’infrastructure.

"Nous devons pallier ce problème, sinon nous serons irrémédiablement en queue du peloton européen", explique la ministre des Télécommunications Petra De Sutter (Groen). Et il est vrai qu’en cette période de pandémie et de télétravail pour de nombreux citoyens, un internet fiable et rapide est important.

Qu’est-ce qu’une zone blanche ?

Avant 2018 une zone blanche était une zone où "la couverture de Proximus et celle du câblo-opérateur local ensemble s’élèvent à moins de 20%" via un réseau NGA (Next Generation Access), qui doit pouvoir atteindre 30 Mbps, nous explique l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT).

Ci-dessous, la carte de la Belgique avec cette définition et la situation en septembre 2019

4 images
Cartes de couverture Internet fournies par les opérateurs. Chaque opérateur fournit à l’IBPT sa couverture Internet par ligne fixe estimée dans toute la Belgique. La carte analyse la couverture des lignes fixes pour une vitesse de connexion de 30 Mbps pou © Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT)

En 2018, l’Europe a publié une directive qui établit un nouveau code des communications électroniques européen. Objectif : à l’horizon 2025, chaque ménage devra avoir accès à une connexion internet de 100 Mbps et atteindre le 1 Gbps en 2030.

Depuis cette directive, la nouvelle définition d’une zone blanche est :

  • Une vitesse minimale de 100 Mbps n’est pas disponible
  • Pas d’intentions d’investissement pour les 3 prochaines années par les opérateurs, ce que l’on ne peut pas voir sur la carte

Pour bien comprendre ces questions de vitesse, prenons l’exemple des plateformes vidéo. Un film en ultra haute définition ou en 4K utilisera rapidement 20 Mbps. Si une personne du ménage regarde un film dans cette qualité et le forfait Internet offre une vitesse de 30 Mbps, il ne reste alors plus que 10 Mbps pour les autres membres du ménage car la vitesse est répartie entre tous les appareils connectés à Internet. L’IBPT précise : "Une vitesse de 100 Mbps permet à un ménage standard de toujours bénéficier d’un débit suffisant pour satisfaire la plupart des besoins de ses membres. Une vitesse supérieure permet également de télécharger plus rapidement des fichiers volumineux".

Ci-dessous, la carte de la Belgique avec les zones ou une connexion internet à 100 Mbps faisait défaut en septembre 2019

4 images
Cartes de couverture Internet fournies par les opérateurs. Chaque opérateur fournit à l’IBPT sa couverture Internet par ligne fixe estimée dans toute la Belgique. La carte analyse la couverture des lignes fixes pour une vitesse de connexion de 100 Mbps po © Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT)

On le voit, la situation dans certaines zones du sud du pays n’est pas encore idéale au regard des critères européens. A l’IBPT on nous explique que "la densité de population joue un rôle important dans le déploiement ou non d’une infrastructure plus neuve ou meilleure".

Autrement dit : "Si vous pouviez raccorder pour un investissement identique 100.000 habitants ou plus dans une ville avec une surface de 50 km², ou 1000 habitants dans une zone à faible densité de population de la même surface, il apparaît rapidement qu’il est clairement plus intéressant d’investir dans la ville la plus peuplée".

Comment convaincre les opérateurs d’investir ?

Pour l’IBPT, "Le coût du déploiement par ménage est un paramètre dont les opérateurs tiennent compte lors de la planification de nouveaux investissements. Si ceux-ci dépassent une certaine limite, il n’est pas intéressant pour l’opérateur de déployer son réseau dans ces zones".

Dès lors, comment convaincre les câblo-opérateurs d’investir dans ces zones où l’accès à internet n’est pas optimal au regard de la directive européenne et du plan national pour la large bande fixe et mobile ? La ministre des Télécommunications : "Concrètement, toutes les zones blanches seront d’abord répertoriées afin de faciliter ensuite le déploiement de l’Internet rapide dans ces zones, par exemple en stimulant les investissements des opérateurs". Et pour stimuler les investissements "des subventions seront accordées aux opérateurs pour le déploiement de l’internet à haut débit dans les zones blanches, via des appels d’offres publics".

En Belgique et selon les chiffres du mois de septembre 2020 :

  • Près de 138.000 ménages n’ont pas un accès à un internet 100 Mbps
  • Près de 46.500 ménages n’ont pas un accès à un internet 30 Mbps
  • Près de 17.000 ménages n’ont pas un accès à un internet 1 Mbps

Au niveau européen et sur base des données 2020, la Belgique se classe 3e en matière de couverture avec une connexion internet de 30 Mbps

4 images
Classement des pays européens en fonction de leur accès à une connexion de 30 Mbps © Commission européenne
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK