Ypres: un engin explosif de la grande guerre fait deux morts sur un chantier

Image d'illustration: des soldats anglais durant la première Guerre Mondiale
2 images
Image d'illustration: des soldats anglais durant la première Guerre Mondiale - © RTBF - images extraites d'Apocalypse, première guerre mondiale

Deux ouvriers ont été tués par l'explosion d'un obus ou d'une grenade, vestige de la première Guerre mondiale alors qu'ils effectuaient des travaux de terrassement à proximité du canal d'Ypres. Il y a également deux blessés dont un grièvement. Les victimes sont de nationalité étrangère.

L'explosion s'est produite alors que les ouvriers travaillaient sur un chantier de construction à proximité du canal d'Ypres, dans une zone industrielle. On ne sait pas si l'explosion a eu lieu de manière inopinée ou si les ouvriers manipulaient les munitions qu'ils venaient de retrouver. Les circonstances de l'explosion restent peu claires. Un ouvrier a été tué sur le coup. Un second est décédé lors de son transfert. Parmi les blessés, l'un des deux lutte pour la vie.

Le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) a sécurisé les lieux.

Trois Turcs et un Bulgare

Les deux victimes sont de nationalité turque et bulgare. Le ressortissant turc, mort sur place, était domicilié en Belgique. L'ouvrier de nationalité bulgare est lui décédé à l'hôpital. Il n'était pas inscrit en Belgique. Deux autres ressortissants turcs ont été blessés lors de l'explosion. L'un d'eux est toujours dans un état critique. L'autre ouvrier ne souffre que de blessures légères. Il existe un fonds qui dédommage financièrement les victimes de munitions de la Première Guerre mondiale. Le parquet de Ypres indique cependant que les quatres victimes concernées par l'accident n'entrent pas en considération étant donné qu'elles ne sont pas de nationalité belge. Les victimes travaillent pour le compte de Chapewerken Badas, une entreprise de Kemzeke active dans les travaux de chape et d'isolation. Le parquet de Ypres a par ailleurs indiqué que l'explosion sera considérée comme un accident de travail.

Encore de très nombreuses munitions enfouies

Au début du mois, un grand nombre de munitions a été découvert à la limite des communes de Passendale et de Moorslede. Le SEDEE nettoie actuellement la zone. Des centaines, voire des milliers d'engins explosifs seraient encore enfouis dans cette partie de la province de Flandre occidentale.

Durant la Première guerre mondiale, les combats ont été particulièrement violents dans ce secteur où se faisaient face troupes allemandes et britanniques. Des milliers de tonnes d'engins explosifs ont été tirées par les deux camps, transformant le secteur en un gigantesque champ de ruines. De très nombreuses munitions n'ont pas explosé et demeurent des dangers permanents. On en met à jour régulièrement, qui sont ensuite manipulées avec les plus grandes précautions avant d'être détruites.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK