Youth for Climate : manifestation, mode d'emploi

Les jeunes manifestent pour le climat
Les jeunes manifestent pour le climat - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

"Permettez-nous un avenir! No Nature, No Futur!" : pancartes et slogans en mains, 35.000 jeunes selon la police ont bravé le froid pour manifester à Bruxelles lors d'une troisième marche pour le climat ce jeudi.

Mais quelles sont les conditions à remplir pour pouvoir descendre dans les rues s'exprimer ? Mode d'emploi d'une manifestation.

Introduire une demande

Première étape : remplir le formulaire de demande qu'il faut remettre à la zone de police concernée. Dans ce document, les forces de l'ordre demandent plusieurs renseignements comme le nom de l'organisateur de la manifestation, les motivations, les heures de rassemblement, une proposition d'itinéraire ou encore une estimation du nombre de participants. La demande doit être adressée au moins 10 jours ouvrables avant la date prévue pour la manifestation. 

L'introduction de ce formulaire ne signifie pas que le rassemblement est autorisé. Sur son site, la Ville de Bruxelles rappelle que "c'est sur la base de cette demande visée par les services de la police que le bourgmestre autorisera ou non cette manifestation".

Réunion préparatoire avec la police

Une fois la demande introduite, elle est examinée par le service des renseignements généraux de la police. Une réunion préparatoire est prévue entre les forces de l'ordre et les organisateurs de la manifestation afin, notamment, de préciser le parcours dans le cadre d'un cortège: "L'itinéraire doit parfois être adapté en raison de travaux en cours, du nombre de participants ou si des événements sont déjà planifiés sur le trajet proposé par les organisateurs" nous explique Ilse Van De Keere, porte-parole de la police bruxelloise. "Nous n'avons pas dû changer le parcours de notre manifestation" nous précise Anuna De Wever, l'une des organisatrices de la marche pour le climat.

Un service d'ordre interne

"Parfois la police peut imposer certaines conditions comme la création par les organisateurs d'un service d'ordre interne" ajoute Ilse Van De Keer. "Il faut un steward pour 50 participants" précise la porte-parole de la police bruxelloise. Ces stewards connaissent mieux les participants et peuvent mieux faire respecter l'itinéraire ou bien intervenir lors de problèmes mineurs. "Nous avions prévus trente stewards pour assurer la sécurité" nous explique Anuna De Wever qui ne s'attendait pas à un tel nombre de participants. 

Par ailleurs durant la manifestation, les organisateurs et les stewards ont un contact privilégié avec des policiers en civil chargé de la bonne tenue de l’événement. 

Reportages et directs dans notre JT de la mi-journée:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK