Y a-t-il toujours plus d'accidents de camions ?

Y a-t-il toujours plus d'accidents de camions ?
Y a-t-il toujours plus d'accidents de camions ? - © LAURENT BILLIET - BELGA

Ce dimanche, sur la E411, un camion a percuté la berme centrale et a pris feu à hauteur de Recogne. Après chaque accident impliquant un camion, c'est la même rengaine: "Encore un !". Et pourtant, sur les cinq dernières années, le nombre d'accidents a diminué de 15%.

Un chiffre qui est à relativiser selon Benoit Godart, porte-parole de l'IBSR, l'institut belge pour la sécurité routière. "Quand un accident se produit, aujourd'hui, il est beaucoup plus grave en termes de sécurité, il est beaucoup plus mortel aussi".

Il faut également tenir compte des conséquences en termes de mobilité qui sont plus importantes lorsqu'il s'agit d'un accident avec un camion. "Il faut dégager les débris, mais aussi les marchandises, ça ne se fait pas en un coup de baguette magique", ajoute l'expert en sécurité routière.  

Camion immobilisé : 80€ / heure

Du côté de l'UPTR, Union professionnelle du Transport et de la Logistique, on rappelle que ce type d'accident coûte très cher. L'UPTR cite une étude de l'ITLB, Institut Transport routier et Logistique Belgique. Le coût global d'un camion immobilisé s'élève à 75-80€ de l'heure. Un coût huit fois supérieur à celui d'une voiture immobilisée (10€/h).

Derrière ce chiffre, on retrouve le salaire du chauffeur qui tourne autour des 30€ de l'heure, toutes charges comprises. Il y a aussi tout le reste : "Il y a les clients qui attendent la marchandise et qu’il faut recontacter, il faut prévoir une nouvelle livraison quelques heures plus tard ou le lendemain. Il ne faut pas non plus oublier le coût d’amortissement du véhicule, le carburant et une série de frais indirects qui sont rapidement très onéreux", précise Michael Reul, secrétaire général.

Accident de camions : c'est souvent une erreur humaine

Pour l'IBSR, les causes des accidents de camions sont souvent de nature humaine. Dans certains cas, la responsabilité est celle du chauffeur poids lourd. "Le chauffeur peut être distrait ou fatigué et ne pas voir qu'il arrive au bout d'un embouteillage, il va donc emboutir la dernière voiture de la file".

Dans d'autres cas, c'est la faute d'un automobiliste. "Il veut sortir de l'autoroute et coupe la route du camion qui va l'emboutir", explique Benoit Godart.

C'est toujours la faute des chauffeurs étrangers ?

D'après les statistiques de l'IBSR, plus de la moitié des camions impliqués dans un accident sont immatriculés à l'étranger. La raison est simple : notre pays est petit et il est fortement traversé par des transporteurs étrangers.

 

Sujet du JT de 13h du 10 juillet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK