Woluwe-Saint-Lambert: Wolubilis coûte-t-il trop cher?

Wolubilis coûte deux millions d’euros, c’est trop?
Wolubilis coûte deux millions d’euros, c’est trop? - © Tous droits réservés

La culture coûte-t-elle trop cher à Woluwe-Saint-Lambert? C’est ce que se demande le MR qui est dans L'opposition. Le MR s'inquiète des subsides communaux alloués au secteur de la culture et, plus particulièrement, au Centre culturel Wolubilis.

Selon le MR, la Commune y consacrerait trop d'argent alors que la population a aussi besoin d'écoles et de crèches. Le bourgmestre Olivier Maingain défend Wolubilis bec et ongles.

C'est la crise et pourtant, à Woluwe-Saint-Lambert, le budget alloué à la culture ne baisse pas, au contraire. Il y a l'emprunt à rembourser pour le bâtiment du Centre culturel Wolubilis. Pour Julie Van Goidsenhoven, chef de groupe MR au conseil communal, il y a d'autres priorités : "La population de Woluwe augmente, ça veut dire qu’il y a beaucoup de besoins en terme de crèche, de logement, d’école. A titre de comparaison, deux millions d’euros, c’est le prix pour une superbe crèche. Je trouve indécent d’en arriver à des montants de plus de deux millions qui ne font qu’augmenter."

Deux millions d’euros, c’est beaucoup?

Pour le bourgmestre de Woluwe-saint-Lambert, Olivier Maingain, l'argent consacré à la culture n'a rien de déraisonnable : "Aujourd’hui, Wolubilis n’est pas un problème budgétaire pour la commune, loin de là. C’est au contraire une grande réussite culturelle. Alors, bien entendu, que la culture a un coût."

Deux millions d’euros, c’est quand même beaucoup. Olivier Maingain s’en défend: "si ce n’est que dans ce montant-là, il faut déduire la charge de l’emprunt qui représente plus de 800 000 euros. C’est un emprunt qui finance à l’accroissement du patrimoine. Et, quand on voit le site, ce n’est pas un petit patrimoine. Ce patrimoine a été évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros. C’est évidemment une charge d’emprunt que nous supportons pendant trente ans."

De la culture ou bien des crèches et des écoles? Les termes du débat sont sans doute un peu plus complexes. C'est avant tout une question de dosage et d'équilibre.

Philippe Carlot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK