Voyager en motorhome, un mode de vie tendance pour jeunes retraités

Voyager en motorhome, un mode de vie tendance pour jeunes retraités
3 images
Voyager en motorhome, un mode de vie tendance pour jeunes retraités - © Stéphanie Vandreck

Leur motorhome est leur maison et le monde est leur jardin. Ils ne voudraient pour rien au monde échanger leur véhicule contre des hôtels de luxe. Environ 500 "motorhomistes" de toute l'Europe sont réunis tout ce week-end à Tournai pour un grand rassemblement européen, l'Euro CC. Ce mode de vacances est devenu de plus en plus tendance depuis quelques années, surtout chez les jeunes retraités.

Josef et Marinette, un couple de Suisses, a opté pour ce mode de vacances depuis 1988. "Depuis qu’on est à la retraite on voyage énormément, on a passé environ un tiers de l’année dans le camping-car". Il s'agit déjà de leur quatrième véhicule.

Une particularité pour ces retraités : leur cor des Alpes qui ne les quitte jamais. "Il est toujours dans le camping-car", explique Josef. 

Des camping-cars ou motorhomes souvent grand luxe et ultra modernes. Bruno, l'un des motorhomistes nous ouvre les portes du sien. "Tout est en éclairage LED, ce qui nous permet d’avoir une autonomie beaucoup plus importante de trois-quatre jours sans aucun problème. Et s’il y a du soleil, nous ne sommes jamais branchés sur le courant", dit-il.

De quoi passer ses vacances en totale liberté. "Il y a juste à remplir le frigo, démarrer, puis on se promène. Des fois on ne sait même pas où on va", explique Luigi Bianchi. Il préside la fédération française qui regroupe 6000 adhérents. Des touristes qui font vivre les villes où ils passent, explique-t-il. "On va au restaurant plusieurs fois, on fait travailler un traiteur. D’ailleurs hier sur la grand place, il n’y avait que des camping-caristes".

C'est certain, il s'agit là d'une clientèle qui a les moyens, confirme Chantal Hotoit, la trésorière du motorhome club belge. "Le fait est que ce sont davantage les personnes retraitées qui ont ce genre de véhicule, vu le coût. Dès qu’on tourne le contact, ça coûte déjà de l’argent", remarque-t-elle.

Une formule qui n’est finalement pas moins chère que l'hôtel, mais qui constitue un autre style de vie.

Y.S. avec Stéphanie Vandreck

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir