Vous cherchez un kot ? Attention aux arnaques !

Pour ne pas se faire avoir : vérifier sur place que l'annonce correspond réellement à un appartement pour étudiants, un appartement à louer
Pour ne pas se faire avoir : vérifier sur place que l'annonce correspond réellement à un appartement pour étudiants, un appartement à louer - © Libre

Si vous cherchez un kot en ce moment même, c'est très sans doute très urgent. La rentrée universitaire a lieu ces jours-ci. Les gens malhonnêtes le savent aussi et ils en profitent. A Mons, Louvain-La-Neuve, Bruxelles, Liège, et Namur, on constate en ce moment des arnaques au kot étudiants. Olivier Bogaert de la Computer Crime unit nous livre les trucs pour y échapper.   

De quelle arnaque s'agit-il ?

"Ce sont des annonces dont les arnaqueurs vont récupérer les contenus et vont présenter une autre annonce en décrivant l'appartement comme une opportunité exceptionnelle, généralement parce que la personne doit partir urgemment, et surtout offrir un loyer défiant toute concurrence. Évidemment, la personne explique qu'elle est déjà à l'étranger et qu'elle a dû confier, soit à une agence immobilière, soit à un notaire, la gestion de la mise en location. Et voilà, elle a déjà eu plusieurs mauvaises surprises, des clients qui ne se présentent pas aux rendez-vous et qu'elle a déjà dû payer les frais d'agences ou les frais de cabinet de notaires, sans certitude, alors elle demande un acompte qui sera déduit des premiers loyers, en cas d'accord." 

Comment se prémunir d'une telle escroquerie ?

"Eh bien dans ce cas-là Google est notre ami. Si on prend le contenu de l'annonce et qu'on le glisse dans le moteur de recherche, on retrouve parfois la même annonce exactement pour plusieurs endroits, ou alors on sauve une photo de l'annonce, on la glisse sur Google image, et on la dépose dans le moteur de recherche de photo et là vous allez voir toutes les annonces qui utilisent la même photo. C'est parfois étonnant pour une même photo, on constate parfois que ce sont des bureaux, un appartement ou une maison à vendre."

D'où vient cette arnaque ?

"C'est typiquement l'arnaque nigérienne, qui touche plutôt habituellement les pays anglo-saxons. Ici les vendeurs viennent plutôt de côte d'Ivoire, ou alors ce sont des gens qui vivent sur le sol belge, mais qui viennent plutôt des pays de l'Est."

Il faut porter plainte, signaler le problème ?

"Idéalement il faut s'adresser au site qui propose l’annonce, qui vérifiera la véracité de l'annonce. Ce qu'il faut faire aussi, c'est se rendre sur le site pointdecontact.belgique. On peut y signaler l'annonce dont on a été victime et surtout prévenir les autres pour qu'ils ne se fassent pas avoir."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK