Vos souvenirs préférés de St-Nicolas: des poupées, des trains, mais surtout des "ambiances"

Ce ne sont pas toujours les cadeaux les plus coûteux dont on se souvient...
Ce ne sont pas toujours les cadeaux les plus coûteux dont on se souvient... - © Tous droits réservés

Ca y est! Ce 6 décembre, les enfants sages découvrent enfin à leur réveil les cadeaux que leur a apporté le grand saint. Toute cette semaine, la RTBF vous a proposé sur son site info un voyage dans le temps à la (re)découverte des jouets qui ont marqué leur époque. Mais vous a aussi demandé sur les réseaux sociaux quels étaient vos souvenirs les plus marquants de cette période de l'année consacrée aux enfants.

Et cela a donné lieu à de jolies évocations...

Ainsi, Jacqueline, qui est née en 1944 "dans une famille très modeste", se souvient que pour accueillir Saint-Nicolas, elle mettait avec ses chaussures près de la cheminée, une carotte et un morceau de sucre pour son âne, mais aussi une tasse de lait et "un peu de charbon pour que Saint-Nicolas puisse allumer le feu en rentrant chez lui et se réchauffer". En échange, le lendemain matin, pas de jouet mais une orange et "des petits sujets en sucre fondant coloré que j'adorais et que je dégustais lentement et une brioche!"

Même son de cloche chez Nathalie qui se souvient de l'arrivée de saint-Nicolas à l'école: "les Nic Nac et les chansons étaient suffisant pour nous rendre tous joyeux et heureux"! Jean, Patricia, Michèle se souviennent aussi des clémentines, oranges, Nic Nac et chocolats...

Barbie, son mobilhome et les poupées pour garçons

Saint Nicolas pouvait parfois compter sur des parents bricoleurs, comme chez Pam: "Ma mère bricoleuse avait réussi a fabriquer une immense maison style Barbie pour mes deux filles". Martine, elle, se souvient que "chaque année ce sont mes parents qui créaient mes cadeaux". Petite cuisinière qui fonctionnait, ou jolie voiture avec moteur qui "ressemblait comme deux gouttes d'eau à la Dyna Panhard de mes parents" restent gravées dans sa mémoire. "Je sais aussi que mon père récoltait des jouets abîmés, il les réparait dans son atelier et ma mère confectionnait des vêtements, des perruques, etc pour les poupées. A la Saint-Nicolas, ils les distribuaient aux enfants défavorisés, et aussi aux enfants hongrois hébergés à la caserne de Spa".

Valimy, se souvient, "très émue" du "berceau reçu de mes grands-parents. Entièrement en bois fait à la main. Garni par ma maman couturière fantastique: un vrai petit trésor sous mes yeux émerveillés et un bébé magnifique dormait dans ce berceau habillé de belles couleurs".

Les poupées étaient et restent un des cadeaux privilégiés des petites filles, quitte à réutiliser le poupon de la grande soeur, chez Véronique: "Ma mère et ma grand-mère qui savaient manier l'aiguille à coudre et à tricoter l'avaient habillé de neuf. Je n'y ai vu que du feu et il m'a accompagné des années durant". Le "mobilhome Barbie" semble avoir notamment marqué les esprits, notamment de Coline et Maureen, tandis que Florence avait reçu la "maison avec ascenseur". Puis il y a eu les Charlotte aux fraises, pour Véronique, par exemple et les "poupées qui parlent", pour Fanny.

Il devait être très tôt le matin, on a entendu du bruit au-dessus de nos lits

Mais les garçons n'étaient pas en reste: Action Man pour JF, Transformers pour Chris, tandis que Patrick se souvient de sa "première Barbie soldat que j'ai eue en 1977 en première primaire", et qu'il a conservée depuis 40 ans

Myriam, qui a aujourd'hui 72 ans, se souvient encore du "petit magasin" reçu enfant. Et Jean-François, de son train "Marklin" qui continue à faire des envieux! Début des années '80, apparaît la technologie avec la consoler Vectrex pour Christophe.

Mais plus que les les cadeaux eux-mêmes, c'est la magie du moment que retiennent souvent nos internautes, comme Laurie: "On avait 5 et 6 ans. Mamy a organisé tout un petit stratagème pour nous faire croire que saint Nicolas et père fouettard étaient sur le toit. Il devait être très tôt le matin, on a entendu du bruit au-dessus de nos lits. On a aperçu une cape rouge et une mitre partir en courant dans la petite servitude et on a retrouvé le chapeau de père Fouettard dans le cagibi.... et évidemment une voiture téléguidée et le cheval de Barbie étaient sur la table avec nos assiettes. Nous avons découvert toute la vérité 20 ans plus tard seulement..."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK