Vols Ryanair annulés: plusieurs pilotes sortent du bois

Certains pilotes quittent la compagnie dégoûtés par les conditions de travail
Certains pilotes quittent la compagnie dégoûtés par les conditions de travail - © ROBIN TOWNSEND - EPA

La compagnie low cost irlandaise avait dans un premier temps justifié l’annulation de 2000 vols par sa volonté d’améliorer la ponctualité. Elle a ensuite également avoué qu’un problème de planning lié aux congés des pilotes expliquait aussi ces suppressions.

Aujourd’hui, plusieurs pilotes donnent leur version des faits : tous, à quelques exceptions près, affirment que les annulations de vols sont exclusivement dues aux nombreux départs de pilotes vers la concurrence. Norwegian Airlines est régulièrement citée : cette autre compagnie low cost propose des salaires plus attractifs.

Nous nous sommes plantés dans l'attribution de congés annuels

De son côté, la compagnie assure que le problème vient uniquement de la gestion des congés des pilotes. "Nous nous sommes plantés dans l'attribution de congés annuels aux pilotes en septembre et octobre, car nous essayons d'allouer les congés d'une année entière dans une période de 9 mois, d'avril à décembre", précise-t-on du côté de la compagnie.

Celle-ci assure que "ce problème ne se reproduira pas en 2018 alors que Ryanair retourne à une année de congés planifiés sur 12 mois, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018".

Dégradation des conditions de travail

Mais l’argent ne semble pas être la seule raison qui pousse certains à changer d’employeur : l’ambiance au sein de l’entreprise serait très mauvaise particulièrement à Charleroi, l’une de ses bases principales.

De source sûre, il est question de pressions régulières, d’une dégradation des conditions de travail ; les journées seraient de plus en plus longues, les vacances de plus en plus difficiles à prendre. Le concept low cost s’applique aussi à l’équipage qui doit payer ses uniformes et ses repas à bord.

La fuite des pilotes a un impact sur ceux qui restent et qui sont de plus en plus sollicités.

"Notre hiérarchie essaye de colmater les brèches, explique l’un de nos interlocuteurs, mais le mal est fait et le bateau a déjà pris l’eau. Nous avons décidé de nous regrouper pour discuter des récents évènements qui nous interpellent et qui pourraient, si rien ne change, avoir aussi un impact sur la sécurité." Et de conclure : "Ryanair est en train de récolter ce qu’ils ont semé depuis des années."

Tous les pilotes ou ex-pilotes que nous avons contactés, ont tenu à rester anonymes craignant pour leur emploi. Précisons que l’un d’eux, basé à l’étranger et avec un statut d'indépendant, a tenu un discours plus modéré considérant que ses conditions de travail étaient acceptables. Il estime être mieux payé que dans d’autres compagnies nationales renommées et rappelle que les avions de Ryanair sont récents et donc assez sûrs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK