Volkswagen a triché, mais ça n'est pas si surprenant

Volkswagen ne sont pas les seuls à tricher
3 images
Volkswagen ne sont pas les seuls à tricher - © JULIAN STRATENSCHULTE - AFP

Volkswagen a annoncé que 11 millions de véhicules seraient équipés du logiciel qui permettait de passer le contrôle anti-pollution sans encombre. Le groupe ne cesse de voir son titre plonger en bourse et le résultat s'annonce déjà catastrophique pour la marque. Une surprise ? Pas vraiment pour certains.

Bruno Godard connait le milieu. Le journaliste automobile, qui exerce depuis plusieurs décennies, l'affirme, "si on gratte un peu plus, on s'apercevra facilement qu'ils ne sont pas les seuls. Les constructeurs font tout pour interpréter les lois à leur avantage, ils ont certainement des armées de juristes. Ce n’est pas un monde de bisounours, c’est un monde de concurrence".

Pas une première

Le 17 septembre dernier, General Motors était condamné à payer quelques 900 millions de dollars d’amende. La raison ? Le géant américain savait que certains véhicules pourvus d’un démarrage par clef avait un défaut mais avait gardé le secret pendant près de dix ans. Ceci provoquait une coupure du moteur, privant les conducteurs de la direction assistée et des airbags. Le bilan n’était pour le coup non pas écologique mais humain, puisque 124 personnes avaient perdu la vie à cause de cette anomalie.

Le constructeur nippon Toyota, à qui Volkswagen avait justement pris la place de premier constructeur mondial sur le début de l’exercice 2015, avait lui aussi été plongé dans une affaire qui avait causé la mort de cinq personnes en 2010. La firme japonaise avait alors largement minimisé les problèmes et une enquête avait été menée. Ce sont en fait les tapis de sol qui n’étaient pas adaptées et qui bloquaient les pédales, provoquant des accélérations incontrôlables.

A chaque fois, des millions de véhicules avaient été rappelés par les constructeurs. Il y a peu de chances pour que Volkswagen échappe à la règle.

Des astuces et secrets bien gardés

Sur ce difficile marché qu’est celui de l’automobile, les constructeurs usent de toutes les astuces possibles pour parvenir à se maintenir. Bruno Godard revient sur un exemple qui peut sembler anecdotique mais qui est assez révélateur : "En Europe par exemple, les chiffres avancées par les concessionnaires pour la consommation d'essence sont des chiffres que les véhicules sont capables de réaliser. Ce n'est absolument pas ceux que les consommateurs auront avec les conditions de la vraie vie".

Avec la quantité de contrôles qui sont effectués en laboratoire, en atelier, ou même parfois chez les concessionnaires, il semble étonnant que le secret ait été si bien gardé par d'aussi nombreuses personnes. Mais ce qui choque le plus les professionnels de l'automobile est que la marque allemande semble l'avoir délibérément caché. "La démarche n'était peut-être pas méchante mais elle reste choquante. Dans ce secteur, entre les autorités et les constructeurs, ça a toujours un peu été le jeu de la police et du voleur", ajoute Bruno Godard.

Des constructeurs toujours en avance sur les autorités 

De l’avis des spécialistes, malgré l’image, écornée, de fiabilité et de confiance qu’implique la marque, l’impact devrait être minime. La plupart des gens ne souhaitent en effet qu’une seule chose, que leur voiture continue d’être entretenue.

Reste à trouver une solution pour tenter de contrer ces écarts de la part des constructeurs. En Europe, des personnes sont chargées de contrôler et de vérifier que les véhicules peuvent être mis en circulation. Cependant, il semble bien que l’industrie de l’automobile a toujours un coup d’avance sur eux. Volkswagen l’a encore démontré avec ses voitures qui anticipaient les contrôles et ajustaient leur pollution.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK