Voici les mascottes des Jeux de Londres 2012

RTBF
RTBF - © RTBF

Les organisateurs des jeux Olympiques de Londres en 2012 ont dévoilé leur mascotte, Wenlock, et sa cousine des jeux Paralympiques, Mandeville. Avec leur allure futuriste et leur oeil unique, elles doivent séduire les plus jeunes et les rapprocher du sport.

Wenlock et Mandeville sont censés être nés d'une "goutte d'acier" ayant servi à construire le stade olympique. Entre Teletubbies et les Residents, ces petites créatures semblent sorties d'un jeu sur ordinateur avec en plus une lumière jaune sur la tête, un hommage aux taxis londoniens. Wenlock porte des bracelets d'amitié aux couleurs des anneaux olympiques, Mandeville s'est équipé d'un chrono, et tous deux disposent d'une caméra dans leur oeil pour "tout enregistrer".
Leur nom est un hommage aux racines anglaises des Jeux olympiques : Much Wenlock est un village du sud-ouest de l'Angleterre, où ont été organisés les Wenlock Games, qui auraient inspiré le fondateur des Jeux modernes, Pierre de Coubertin. L'hôpital de Stoke Mandeville (au nord-ouest de Londres), notamment
spécialisé dans les paralysies, avait organisé pendant les Jeux de Londres de 1948, des épreuves sportives pour les vétérans blessés de la Deuxième Guerre mondiale. Cet événement est considéré comme le précurseur des jeux Paralympiques, douze ans avant leur première édition officielle, à Rome.
On retrouvera Wenlock et Mandeville dans un dessin animé mais aussi sur le net, sur Facebook et Twitter et sur leur site interactif www.london2012.com/mascots.
"Nous avons créé ces mascottes pour les enfants. Elles vont rapprocher les jeunes du sport, et raconter notre fière histoire olympique et paralympique", a commenté le patron du comité d'organisation, Sebastian Coe.
Selon le président de London-2012, Paul Deighton, les organisateurs espèrent gagner de 81 à 93 millions d'euros de la vente de produits dérivés pour un prix de création de "quelques milliers de livres", soit moins que le très controversé prix qu'a coûté le logo des Jeux (400 000 livres).

JFH avec AFP et Daily Mail

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK