Voici comment les call centers vont tracer nos contacts

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien : 25 minutes quotidiennes avec un spécialiste, pour vous aider à mieux comprendre/vivre la crise du coronavirus, mais aussi pour vous permettre de poser VOS questions (via l’adresse mail cqfdrtbf@rtbf.be). Notre invité, ce mardi: Yves Van Laethem, infectiologue au CHU Saint-Pierre et nouveau porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus.

Plus de conférence de presse quotidienne

Yves Van Laethem qui remplace Emmanuel André comme porte-parole interfédéral précise, au sujet de son rôle, qu'on le verra moins que son prédécesseur. En effet, d'ici la semaine prochaine, c'est trois fois par semaine que sera organisée la conférence de presse des autorités: "Et ça changera peut-être encore dans le futur car on s'est ici engagé dans un marathon, et pas un sprint", explique-t-il.

"Si j'ai accepté la fonction, c'est que je garde une liberté de penser en tant que scientifique. Je pense qu'il faut présenter les choses de manière compréhensible pour la population, car on est parti dans une phase d'apprentissage et qu'on doit intégrer ce virus à notre vie, pour cela il faut comprendre pourquoi et comment. C'est dans ce contexte, et avec ma liberté de parole, que j'essaierai de faire au mieux", assure le nouveau porte-parole interfédéral.

Pas de déconfinement à plus de 100 hospitalisations/jour

Concernant la tendance à la baisse dans les chiffresYves Van Laethem confirme aussi que la décrue n'est pas aussi importante qu'espérée et que des analyses de données sont actuellement en cours. "Ceci remettra peut-être en question la vitesse avec laquelle on procédera au déconfinement, comme l'a d'ailleurs dit la Première Ministre", affirme l'infectiologue. 

Bien que les chiffres ne soient pas définitifs, le déconfinement n'est envisageable, selon lui, qu'à partir de moins de 100 hospitalisations journalières de personnes infectées au Covid-19 et une occupation en soins intensifs grugée de quelques centaines de personnes encore (876 lis occupés aujourd'hui). "On a encore 15 jours devant nous pour voir la décrue, et on espère qu'on l'aura".

Testing & Tracing: où en est-on ?

De la capacité de testing dépendra le tracing, le traçage de la population pour contrôler la propagation du virus. L'application sur smartphone étant a priori écartée chez nous, c'est celle du call center qui est privilégiée. On parle de 2000 enquêteurs à recruter et qui seront spécialement formés. Leur mission : contacter les personnes testées positives pour lister, avec elles, les personnes qu’elles auraient pu contaminer. Du contact tracing qui pose lui aussi encore de nombreuses questions...

Un vaccin fin 2020, "au mieux"

Parmi les traitements prometteurs à côté de l'hydroxychloroquine ou du remdesivir, le tocilizumab est actuellement à l'étude, une étude préliminaire française tendant à démontrer son efficacité pour prévenir les développements inflammatoires chez les personnes dans un état grave. Toutes les pistes de traitements efficaces sont considérées, dans l'attente d'un vaccin. Il existe, selon la London School of Hygiene, environ 120 projets de vaccin actuellementdont une dizaine en phase d'essais cliniques, sur des hommes. Très peu de certitudes en terme de timing, à ce stade. Certains experts évoquent la possibilité d'avoir un vaccin d'ici fin 2020. L'OMS parle elle d'un délais de 12 à 18 mois.

"Les vaccins qu'on doit inventer pour lutter contre le coronavirus doivent être particulièrement intelligents, commente Yves Van Laethem, ce ne sont pas les vieilles techniques vaccinales mais les nouvelles qui devraient permettre une réaction immunitaire suffisante avec une grosse production d'anticorps. Il faudra encore prouver que ceux-ci sont protecteurs sur la maladie. Les études actuelles mesurent le taux d'anticorps et la sécurité du vaccin. Il faudra encore qu'il s'avère efficace", conclut le nouveau visage de la lutte contre le coronavirus en Belgique qui n'exclut pas une échéance à la fin de l'année, "au mieux".

CQFD, Ce Qui Fait Débat, en mode grand entretien : Chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L’entièreté de l’émission à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK