Voici ce qui change au 1er janvier en matière d’environnement

Ustensiles plastiques à usage unique interdits dans les établissements en Wallonie, vieux matelas acceptés gratuitement dans les recyparcs, interdiction d’exporter des déchets plastiques non purs depuis l’UE vers des pays non-OCDE, les langes ne peuvent plus être jetés dans les déchets organiques… Voici tout ce qui change au 1er janvier 2021 en matière d’environnement.

Renforcement des exigences PEB pour les nouvelles constructions en Wallonie

En Wallonie dès le 1er janvier prochain, les bâtiments à construire devront atteindre le standard Q-ZEN (bâtiment dont la consommation est quasi nulle ou bâtiment Quasi Zéro Energie). Les exigences sont donc renforcées pour les nouvelles constructions. En rénovation, les exigences ne changent en revanche pas.

Un bâtiment quasi-zéro énergie est un bâtiment dont l’enveloppe est bien isolée et étanche à l’air, dont les systèmes sont performants, dont la ventilation est efficace et permet de récupérer de la chaleur et où la faible quantité d’énergie nécessaire pour se chauffer et produire de l’eau chaude est majoritairement produite à partir de sources d’énergie renouvelables.

Le but est de faire baisser ses émissions de CO2 tout en refrénant ses frais énergétiques.

 

Les vieux matelas acceptés gratuitement dans les recyparcs

La responsabilité élargie du producteur (REP) pour les matelas entrera en vigueur le 1er janvier. A partir de cette date, les consommateurs devront s’acquitter d’une contribution environnementale à l’achat d’un nouveau matelas mais pourront rapporter gratuitement les anciens au recyparc.

La contribution environnementale, dont le montant varie selon le type et la taille du matelas, sert à couvrir les coûts de collecte, de traitement et de démantèlement des matelas usagés. Cette contribution permet également de financer la recherche et le développement en matière d’écoconception de nouveaux matelas.


►►► À lire aussi : Brexit : ce qui va changer le 1er janvier 2021


L’introduction d’une REP pour les matelas signifie que tout producteur et importateur de matelas doit assumer le flux de déchets généré par la vente de matelas en Belgique. Ils doivent prendre en charge les frais de collecte et de traitement et atteindre les objectifs définis légalement en matière de collecte et recyclage.

4 images
© Tous droits réservés

Les ustensiles plastiques à usage unique interdits dans les établissements en Wallonie

Dès le 1er janvier prochain, l’utilisation des ustensiles en plastique à usage unique sera interdite dans les établissements ouverts au public en Wallonie. Il s’agit de lutter contre les déchets, économiser les ressources et favoriser la propreté publique.

Sont concernés les récipients pour boissons, pailles, couverts, bâtonnets mélangeurs, récipients alimentaires, assiettes et tiges pour ballons en plastique à usage unique.

Les établissements ouverts au public concernés sont les établissements horeca (restaurants, snacks, hôtels, brasseries, cafés, friteries, sandwicheries, …), les cafétérias/cantines d’entreprises, cantines scolaires, cafétérias club sportif, les marchands ambulants (marchés, évènements, etc.), les biens et services fournis dans le cadre d’évènements, y compris les concerts et les animations culturelles et les dégustations culinaires offertes aux clients dans certains magasins.

Interdiction d’exporter des déchets plastiques non purs depuis l’UE vers des pays non-OCDE

A partir du 1er janvier, de nouvelles règles vont entrer en vigueur concernant l’exportation de déchets plastiques depuis l’UE. Il sera interdit d’exporter des déchets plastiques dangereux ou non purs, et donc difficiles à recycler, vers les pays pauvres.

Seul du plastique pur et propre destiné au recyclage pourra encore voyager vers les pays non-membres de l’OCDE.

La Chine ayant décidé en 2018 de restreindre ses importations de plastique, les industriels européens se sont davantage tournés vers d’autres pays asiatiques tels la Malaisie et le Vietnam, puis vers l’Indonésie et la Turquie, entre autres, ne cessant de rechercher d’autres destinations bon marché pour les surplus de déchets plastiques. Une fois sur place et loin des yeux occidentaux, les déchets sont parfois simplement brûlés ou abandonnés dans des décharges frauduleuses ou dans les océans.


►►► À lire aussi : Ce qui change dès ce 1er janvier… votre mobilité


Les nouvelles règles qui entreront en vigueur le 1er janvier doivent limiter ce risque et donner globalement davantage voix au chapitre au pays importateur, qui pourra imposer ses conditions. Elles doivent aussi instaurer un meilleur contrôle de tous les déplacements transfrontières de déchets plastiques dangereux ou difficilement recyclables, y compris à l’intérieur de l’UE.

4 images
© Tous droits réservés

La Chine interdira totalement les importations de déchets dès 2021

Et d’ailleurs, la Chine interdira dès le 1er janvier 2021 l’importation des derniers types de déchets solides encore autorisés dans le pays, marquant l’épilogue d’une politique lancée il y a trois ans.

Soucieux de ne plus être la poubelle de la planète, le géant asiatique avait commencé en janvier 2018 à fermer ses portes aux déchets étrangers.

Au fil des mois, l’importation de différents types de plastiques, pièces automobiles, papiers, textiles, ou encore rebuts d’acier ou de bois a ainsi été progressivement interdite.

Cette politique environnementale est populaire en Chine depuis son lancement. Mais elle a provoqué de grandes difficultés pour certains industriels du recyclage américains et européens, obligés d’entreposer des déchets dans l’attente d’une solution.


►►► À lire aussi : Ce qui change dès ce 1er janvier… votre argent


Les déchets exportés vers le pays asiatiques étaient achetés depuis des décennies par des entreprises locales, qui les nettoyaient, broyaient et transformaient en matières premières pour des industriels.

Les langes ne peuvent plus être jetés dans les déchets organiques

A partir du 1er janvier en Wallonie, les langes devront être jetés avec les déchets résiduels et plus avec les déchets organiques, à cause des matières plastiques non biodégradables dans leur composition.

Cela évitera la pollution du compost par les microplastiques et de devoir retirer ces langes des déchets organiques après collecte, ce qui avait également un impact économique.

Les intercommunales Wallonnes ont publié des messages en ce sens sur leur site internet pour sensibiliser la population. Du côté d’Intradel, on précise que certaines communes franchiront le pas au 1er janvier 2021 tandis que d’autres, dont Liège, prévoient cette adaptation en janvier 2022.

A Bruxelles, les langes n’étaient déjà pas autorisés dans les sacs orange de déchets organiques.

4 images
© Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK