Viol en prison: le témoignage d'un détenu

Image d'illustration.
Image d'illustration. - © JOHN THYS - AFP

On peut vraiment parler d'un tabou: le viol en prison est une réalité. Pourtant, très peu de détenus osent en parler. Un homme a quand même décidé de briser cette loi du silence.

Stevie Clais est encore bouleversé par ce qu'il vient de vivre. Il y a quelques jours, alors qu'il est brièvement incarcéré à la prison de Saint-Gilles, il dit avoir été sexuellement agressé par son co-détenu. "Au beau milieu de la nuit, après avoir consommé de la drogue, il a commencé à disjoncter. Cela a commencé par des attouchements, je l'ai repoussé plusieurs fois. Il s'est emparé d'un montant de lit qu'il a utilisé pour me menacer. Cela a été jusqu'au viol et à la pénétration", raconte Stevie.

Nous n'avons aucun chiffres sur les viols en prison car une grande partie de ces viols ne sont jamais dénoncés

Fait rarissime en prison, Stevie veut alors rencontrer le médecin et déposer plainte. Il sera reçu dans le service du Dr Gaetan de Dorlodot : "Depuis 20 ans que je travaille, c'est la première fois qu'un détenu vient se plaindre de telles souffrances. Je pense que c'est un un milieu exclusivement masculin, où la présence du monde musulman est très importante et c'est un tabou énorme de parler de sexualité masculine à l'intérieur des prisons".

Un silence que l'observatoire international des prisons confirme d'ailleurs. "Nous n'avons que de très rares cas, constate Marie Berquin, avocate et membre de l'observatoire. Et nous n'avons aucun chiffres sur les viols en prison car une grande partie de ces viols ne sont jamais dénoncés".

Depuis sa sortie de prison, Stevie a choisi la parole. La parole, qui dit-il, libère... et soigne parfois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK