Vincent Blondel au Grand Oral : "Toutes les universités belges sont d'excellentes universités"

Le recteur de l’Université Catholique de Louvain, Vincent Blondel, est ce samedi 22 octobre l’invité du grand Oral RTBF-Le Soir sur La Première. Il a notamment été question de l’organisation des études de médecine et du rôle de l’université face à la digitalisation de l’économie. Du projet de fusion avec l’Université Saint-Louis Bruxelles. Le recteur a aussi donné son point de vue concernant le CETA.

Le recteur de l’UCL a d’abord commenté la "Nuit des Idées" organisée ce samedi 22 octobre à l’Eden à Charleroi et retransmise en direct sur La Première de 20H à 1H. L’année 2015-2016 avait été baptisée "Année des utopies" à l’UCL : "Pour nous, cela s’inscrit dans la poursuite d’une année vécue de façon intense", explique Vincent Blondel. "Le rôle de l’université est en effet de contribuer à l’alimentation du débat sociétal, de réfléchir à de nouveaux modèles". Et de citer quelques exemples : "A une ville sans voiture, à une société sans prison ou à une allocation universelle…".

Les études de médecines

A propos de l’organisation des études de médecines, Vincent Blondel dénonce l’incertitude vécue par les étudiants engagés aujourd’hui dans le cursus sans garantie d’obtenir à terme un numéro INAMI. "Ma préoccupation est celle des étudiants", précise le recteur qui rappelle au passage que l’UCL a toujours plaidé pour un examen d’entrée pour les étudiants plutôt qu’un concours. "Le fait qu’il y ait une forme de contingentement, c’est la pratique à travers tous les pays en Europe ou ailleurs, il y a une logique à cela ! La manière de le mettre en œuvre, au Sud du pays ces dernières années, il y a eu beaucoup de changement", remarque-t-il.

Le hit-parade des universités

Première université belge dans les différents classements internationaux (les fameux rankings), l’UCL se classe malgré tout loin derrière les grandes universités américaines notamment. Vincent Blondel nuance : "Toutes les universités belges sont d’excellentes universités. Mais notre modèle est différent. Nous sommes champions du monde sur un autre segment : plus de 80 pourcents des étudiants belges étudient dans une université qui est du top 200 ou 300 mondial. Nous sommes champions du monde dans la qualité globale de notre système d’éducation supérieur", conclut-il.

Vincent Blondel reconnait néanmoins que ces classements ont une incidence majeure. Ceux que les universités recrutent les regardent. "On doit y être attentif ", explique-t-il, " mais jamais une décision n’a été prise à l’UCL avec la volonté de faire monter le positionnement de l’université dans le ranking".

Le CETA

Enfin, à propos du projet de traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada et la position unique de la Wallonie, Vincent Blondel déclare "Le rôle de l’université est d’alimenter le débat, de l’éclairer, pas de prendre position. Nos experts y participent sur votre antenne". Mais Paul Magnette, le ministre Président de la Wallonie a-t-il raison ? Vincent Blondel esquive prudemment : "Faire de la politique, c’est aussi par moment transiger. Peut-être faut-il, à un moment donné, si on le juge approprié, pouvoir trouver un mi-chemin"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK