Victor Horta: un cancre devenu génial architecte

RTBF
RTBF - © RTBF

Christine Masuy nous raconte aujourd'hui l'histoire de Victor Horta, un architecte de génie qui fut d'abord un cancre.

A quelques heures de Batibouw, on évoque l'un de nos plus célèbres architectes

Le plus célèbre probablement puisqu'il s'agit de Victor Horta. On connaît son uvre, bien sûr. On connaît sans doute moins l'homme Et c'est donc lui qui je vais vous raconter ce soir.
Vous savez que l'on dit aujourd'hui de Horta que c'est un génie Mais il faut savoir que, au départ (ça va rassurer beaucoup de parents!) c'était un véritable cancre! Il se fait renvoyer de plusieurs écoles. Il est paresseux. Il est surtout très indiscipliné. Son père est désespéré et en guise de punition, en quelque sorte, il l'envoie travailler sur un chantier.
Victor Horta a 16 ans. Il découvre l'univers du bâtiment et c'est le déclic. Il écrira d'ailleurs, bien plus tard, dans ses Mémoires: A 16 ans, j'en avais décidé de ma vie, jusqu'à l'éternité.

Oui mais comment devient-il architecte? Il aurait pu être simple maçon

C'est vrai mais il y a un 2e déclic En fait, le père Horta, voyant que son fils a enfin trouvé sa voie, lui offre un stage à Paris. On est vers 1880, c'est l'époque du baron Haussmann, Paris est en pleine transformation. Et c'est là, voyant cela, que Victor Horta décide de devenir architecte. Il rentre à Bruxelles, il s'inscrit aux Beaux-Arts, il se lance corps et âme dans le travail et il termine ses études avec la médaille d'or.

Mais ce style très particulier, ça lui vient d'où?

Des serres de Laeken, figurez-vous! Je m'explique Horta étant un excellent élève, à la fin de ses études, il est immédiatement engagé par l'un de ses professeurs, qui s'appelle Alphonse Balat, qui est architecte bien sûr, et qui est en train de réaliser les serres de Laeken pour Léopold II. Horta collabore donc à cet immense projet de verre et de fer. Il est séduit par ces deux matériaux très innovants pour l'époque, mais il se dit que l'on peut en faire bien autre chose Et c'est ainsi qu'il va se lancer dans la conception de maisons que l'on va appeler Art Nouveau. Avec des structures métalliques, beaucoup de verre et donc beaucoup de lumière. Et puis, surtout, il rompt avec les traditionnelles lignes droites, pour privilégier les courbes, les entrelacements C'est parfois très exubérant!

Justement, qu'est-ce qu'on en pense à l'époque?

Les maisons de Horta vont attirer les architectes des quatre coins de l'Europe. Par exemple, on sait que Guimard, à qui l'on doit les entrées des métros parisiens, est venu à Bruxelles pour visiter l'hôtel Tassel (la première grande réalisation de Horta).
Cela dit, nul n'est prophète en son pays Chez nous, l'architecture de Horta est très controversée, pas très appréciée. Pour preuve: Léopold II que l'on sait pourtant être un roi bâtisseur, ne commandera jamais rien à Victor Horta.
Il va quand même se faire une belle clientèle parmi la haute bourgeoisie les nouveaux riches de l'époque, qui cherchent à afficher leur modernité.

Mais la mode passe, à un moment

Oui Disons que Horta est à la mode durant une vingtaine d'années entre 1893 et 1914. A ce moment-là, ses activités sont freinées par la guerre. D'autant qu'il est contraint de s'exiler. Il se retrouve aux Etats-Unis. Et là, c'est un énorme choc! Parce que les immenses lignes droites des gratte-ciel contrastent complètement avec sa conception de l'architecture. Mais ça le fascine, il fait des tonnes de croquis et lorsqu'il rentre à Bruxelles, en 1919, il a parfaitement compris que l'Art Nouveau, c'est terminé et que l'avenir est aux volumes géométriques. Il est donc prêt à faire tout autre chose. Le problème, c'est qu'il est tellement identifié à l'Art Nouveau que personne ne lui demande autre chose Il va encore décrocher un gros chantier: celui du Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, qui est effectivement dans un style plus géométrique. Mais après, ce sera terminé. Plus personne ne fera appel à Horta. Et il tombera pratiquement dans l'oubli les vingt dernières années de sa vie.

Christine Masuy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK