Victime du 22 mars, Walter Benjamin sort un livre témoignage sur sa vie post attentats

"J'ai vu la mort en face" est le titre du livre de Walter Benjamin. Bientôt deux ans après les attentats du 22 mars 2016, qui ont endeuillés l'aéroport de Zaventem et la station de métro Maelbeek, Walter Benjamin était l'invité de Régine Dubois et Christophe Grandjean dans "la Semaine Viva". Grièvement blessé par l'attaque dans le hall des départs de Bruxelles-National, une prothèse en lieu et place d'une de ses jambes, il revit maintenant de manière autonome.  Mais "le chemin est encore long" confie Walter Benjamin. Les médecins lui disent qu'il devra encore se rendre à l'hôpital pour des séances de kiné durant un an trois fois par semaine. Après, les rendez-vous pourront s'espacer. 

Walter Benjamin, par son récit, se livre à un exercice de "résilience". "Une forme thérapeutique pour aller mieux moi-même en aidant les autres" explique-t'il. Il y confie son expérience, ses constatations, ses doutes, mais aussi ses rencontres et son amour des femmes. 

    

J'ai cette belgitude en moi, et je me dis qu'on a rien fait depuis le 22 mars

 

Il exprime aussi des coups de gueule, notamment envers les autorités, et leur gestion des victimes après le drame. "Je leur reproche leur silence et leur déni. On est deux ans après les attentats. Qu'avez-vous fait pour les victimes? Que faites-vous pour notre pays qu'on aime?". Le bruxellois préconise un plan de réinsertion pour les victimes, une meilleure sécurisation les lieux publics, un changement dans le milieu scolaire ainsi qu'une vraie politique du vivre ensemble. Walter Benjamin refuse toute stigmatisation. Il explique au micro de Vivacité. "Pourquoi stigmatiser 800 000 personnes qui vivent dans notre pays pour 50 ou 200 salopards qui ont fait ça?". Walter Benjamin a ainsi été rencontrer des jeunes molenbeekois, pour comprendre leurs ressentis.    

Walter Benjamin prône une meilleure compréhension de la part du monde politique et aimerait que les autorités se mobilisent davantage. Se refusant d'oublier les événements d'il y a deux ans, Walter Benjamin souhaite que les commémorations soient organisées à présent dans un cadre plus restrictif. 

Retrouvez ci-dessus l'intégralité de l'interview de Walter Benjamin, invité de "La Semaine Viva" par Régine Dubois et Christophe Grandjean (à écouter aussi ce samedi sur Vivacité, de 13 à 14 heures)

    

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK