Viaduc Herrmann-Debroux : l’histoire d’un ouvrage contesté... et illégal (vidéos)

Image de la construction du viaduc Herrmann-Debroux en 1972.
Image de la construction du viaduc Herrmann-Debroux en 1972. - © Tous droits réservés

35.000 personnes roulent dessus chaque jour. Le viaduc Herrmann-Debroux, mis en service en 1973, sera démoli dans les années à venir. La décision vient d’être actée par le gouvernement bruxellois, qui veut remplacer l’ouvrage autoroutier par un boulevard urbain. L’occasion de revenir sur l’histoire mouvementée de ce viaduc si bien connu des navetteurs.

Un viaduc… illégal

Le viaduc Herrmann-Debroux relie l’autoroute E411 (venant du Luxembourg et de Namur) à la capitale. Il traverse la commune d’Auderghem, avant de poursuivre sa route vers Delta et le campus de la Plaine. Mais si l’on regarde les plans initiaux, on se rend compte que la route du viaduc devait mener au centre de Bruxelles, à la gare de Luxembourg. Un véritable projet d’autoroute urbaine.

Seulement voilà… Le viaduc Herrmann-Debroux a été construit sans permis d’urbanisme. Ce qui scandalisait les autorités locales bruxelloises à l’époque… Un procès-verbal est dressé, mais cela ne suffira pas : le viaduc est construit dans l’illégalité. Les autorités bruxelloises obtiennent tout de même une compensation : cette autoroute urbaine s’arrêtera à l’entrée de la capitale, et ne poursuivra pas son chemin jusqu’au cœur de Bruxelles.

Un viaduc brûlé

Le viaduc porte le nom du bourgmestre d’Auderghem entre 1912 et 1921 : Carl Herrmann-Debroux (Et oui! Hermann n'est pas son prénom !). La commune est traversée par le viaduc, alors qu’en dessous de l’ouvrage d’art, la vie continue. Mais en 2003, un chalet situé sous le viaduc prend feu. Incontrôlables, les flammes atteignent la structure de béton. L’ouvrage est sévèrement endommagé : les parties brûlées doivent être démolies, puis reconstruites. La circulation est stoppée pendant plusieurs mois, engendrant de nombreux embarras de circulation autour de la capitale. Aujourd’hui réparé, le viaduc va finalement être détruit dans les années à venir, pour devenir un boulevard intégrant bandes de circulation, pistes cyclables, tram et parking de dissuasion.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK