Veviba: La Fédération wallonne de l'agriculture se constitue partie civile

Lors d'une réunion de crise du bureau, ce dimanche matin, la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) a décidé de se constituer partie civile dans le dossier "Veviba", du nom de l'abattoir de Bastogne impliqué dans un nouveau scandale alimentaire. La fédération va d'ailleurs s'associer aux organismes sectoriels flamands pour avoir accès à l'enquête.

>>> Lire aussi: Scandale de la viande Veviba: tout ce qu'il faut savoir

Moins d'opacité dans la filière

Depuis longtemps, les agriculteurs réclament plus transparence dans la filière de l'abattage. "Cette fois, nous voulons des engagements fermes" explique Yvan Hayez, le secrétaire général de la FWA. Les éleveurs bovins redoutent une nouvelle chute des prix dans ce secteur déjà confronté à une baisse généralisée de la consommation de viande. "Nous craignons aussi les amalgames", dit Marianne Streel, la présidente des agricultrices wallonnes. "Nous entendons qu'il faut remettre en question l'agriculture conventionnelle, la question n'est pas là" considère-t-elle.

"Il faut sauver l'outil..."

Pour le président de la FWA, l'abattoir de Bastogne est un outil économique important. 15 % de la viande bovine belge transitent par cette entreprise qui emploie aujourd'hui 300 personnes. "Il ne faut pas tout mélanger. Conservons les travailleurs, l'abattoir...mais changeons le management!" conclut Yvan Hayez.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK