Vêtements pour enfants : quand ils peuvent représenter un danger

On n’y pense pas vraiment quand on s’habille le matin. Mais les vêtements que nous portons peuvent se révéler dangereux ! Il suffit pour s’en convaincre de regarder le rapport de Rapex, le système d’alerte européen rapide pour les produits non alimentaires dangereux : si les jouets sont en premier lieu sur cette liste (ils représentent 29% du nombre total de notifications) suivis par les véhicules à moteur (23% de notifications), les vêtements occupent la troisième position.

Certes, le chiffre est nettement moins élevé concernant les vêtements : ils ne représentent que 8% des notifications. Mais cette troisième place a incité le SPF Economie à mener l’enquête : le service public a choisi de se concentrer sur les habits pour enfants. Et il est arrivé à un résultat étonnant : 4 habits pour enfants sur 5 n’étaient pas conformes. Un chiffre qu’il faut néanmoins relativiser.

Le SPF Economie a mené l’enquête

En 2020, les contrôleurs du SPF Economie ont donc fait les magasins… pour y repérer des vêtements pour enfants non conformes aux normes en vigueur. Cela a donc d’abord été une enquête " visuelle " : ils ne se sont intéressés qu’à des vêtements qui leur semblaient problématiques. Résultat : dans six magasins, 168 vêtements pour enfants ont retenu leur attention, dont 39 ont subi un contrôle plus approfondi.

Voici quelques exemples de vêtements qui posent problème. Nous les avons analysés avec Etienne Mignolet, porte-parole du SPF Economie.

4 images
Des cordons qui posent problème © SPF Economie

" C’est un vêtement pour une petite fille de moins de 7 ans. Il faut savoir que pour les vêtements de moins de 7 ans, il y a une interdiction d’avoir des cordelettes dans la zone du cou et de la tête. Ici, il y a deux cordons qui, en plus, sont effilochés. Ça pourrait se coincer dans une aire de jeux par exemple, ça pourrait causer un étranglement. "

Les problèmes se situent souvent au niveau du cou. Mais il faut faire attention aussi à la taille.

4 images
Des cordelettes trop longues © SPF Economie

" On remarque sur ce short pour un petit garçon que les cordons à la taille sont beaucoup trop longs. Ils risquent de se coincer dans une aire de jeux. "

Il est clair que ce sont souvent les cordons qui pourraient entraîner des risques d’accident, généralement à cause de leur longueur. Mais il faut aussi faire attention à la façon dont ces cordons se terminent. Ainsi, dans le rapport du SPF Economie, on lit que les enquêteurs ont repéré un vêtement dont " les cordons de la capuche présentaient une boucle saillante (risque de coincement) et les embouts (ou dispositifs de blocage) utilisés pour ajuster la taille des cordons n’étaient pas attachés au vêtement (risque de blessure) . "

Les 39 vêtements analysés et contrôlés ne présentaient pas le même risque de gravité :

• 29 présentaient un risque grave,

• 2 présentaient un risque élevé,

• 1 présentait un risque faible et

• 7 étaient conformes aux exigences contrôlées.

Et l’enquête a porté ses fruits puisqu’on peut lire dans ce même rapport que " pour 24 de ces vêtements présentant un risque grave, les producteurs ont pris les mesures nécessaires et ont procédé au retrait de marché et au rappel des vêtements concernés auprès des consommateurs. "

La conclusion de cette enquête peut faire froid dans le dos puisqu’on constate que 4 vêtements contrôlés sur 5 n’étaient pas conformes. Mais Etienne Mignolet tient à nuancer ce résultat : " C’est un chiffre impressionnant mais il ne reflète pas le marché belge en général. Il serait faux de dire que 4 vêtements pour enfants sur 5 ne respectent pas les normes de sécurité en Belgique. Mais sur un premier contrôle visuel que nous avons fait, nous avons repéré des vêtements qui nous semblaient problématiques et les tests plus approfondis ont confirmé cela. "

Notre propre enquête

4 images
Analyse visuelle dans les bureaux de Creamoda © RTBF

Nous avons voulu voir si nous aussi, nous pouvions facilement repérer ces vêtements pour enfants qui posent problème. Disons-le d’emblée : nous avons dû chercher. Mais nous avons trouvé un petit blouson jaune avec un cordon à la taille et un bikini. Direction ensuite Creamoda, la fédération belge de la mode. Là, nous avons rencontré Jo Van Landeghem, grand spécialiste de la qualité et de la sécurité des vêtements. Nous lui avons soumis nos deux vêtements. Sa première réaction ne s’est pas fait attendre : " aïe, aïe, aïe, pas bien. "

Voici l’analyse, rapide, de nos deux achats :

  • Le blouson jaune a une longue corde à la taille : " La cordelette est très longue. C’est la recette idéale pour qu’un petit enfant reste coincé. Car ça pendouille, il ne le voit pas, il joue, il va dans une plaine de jeux. Donc ça, malheureusement, ce n’est pas bien. Et aussi, quand on regarde les tirettes, elles sont beaucoup trop grandes. Ca peut aussi causer des problèmes, elles peuvent aussi rester coincées. " Ce n’est, évidemment, qu’une analyse superficielle mais, ajoute-t-il, " pour moi, il y a des lampes rouges. "
  • Le petit bikini, style " bain de soleil " avec de longs cordons, ne trouve pas grâce à ses yeux, aussi en raison de ses cordelettes : " elles ne peuvent pas avoir de nœuds, elles doivent être lisses. Ces cordelettes sont dans la nuque. Si elles restent coincées, l’enfant peut paniquer. "

Jusqu’à présent, les vêtements problématiques l’étaient essentiellement en raison de leurs cordelettes. Mais pour Jo Van Landeghem, il faut aussi faire attention aux tirettes, aux boutons, aux pressions, etc. Il nous explique aussi pourquoi un vêtement à paillettes, souvent apprécié par de petites filles, peut poser problème : " dès qu’elles se détachent du vêtement, ces petites paillettes vont sur les doigts et les enfants se frottent les yeux. Si on va chez un médecin pour enlever ça, il lui faut du temps car c’est très compliqué. Souvent, c’est métallique et ça peut griffer l’œil. "

Quelques conseils

Vous l’aurez compris, méfiez-vous des cordons, cordelettes et des nœuds qui pendent. Sur son site, le SPF Economie donne aussi quelques autres conseils, comme ceux-ci :

  • Choisissez un vêtement adapté à la taille de l’enfant qui le portera.
  • Ne laissez pas pendre les bretelles sous la taille sous prétexte que " c’est la mode ". Les boucles ainsi créées présentent un risque de coincement dans un objet en mouvement (bus, vélo, équipement d’aire de jeux…).

Bref, comme le dit le porte-parole, Etienne Mignolet, " ne suivez pas les diktats de la mode. "

Le conseil de Jo Van Landeghem pour l’achat d’un vêtement pour enfants est simple : évitez le bling bling, enlevez tous les artifices qui ne sont pas nécessaires !

En Belgique, on ignore le nombre d’accidents engendrés par des vêtements. Mais ces quelques conseils devraient permettre de les éviter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK