Vers une troisième dose de vaccin ? De plus en plus de pays s’y préparent, quid de la Belgique ?

Avec la propagation fulgurante à travers le monde du variant Delta, plus contagieux, la question d’une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 est en réflexion dans plusieurs pays, notamment en Europe. L’objectif de cette troisième dose est de garantir une protection contre les nouveaux variants alors que les vaccins actuels semblent légèrement moins efficaces contre le variant Delta. L’idée est également de booster l’immunité contre le Covid-19 qui pourrait diminuer après un certain temps.

Du côté du géant pharmaceutique Pfizer, le PDG Albert Bourla annonçait en avril qu’une troisième dose serait probablement nécessaire six mois à un an après les deux premières doses, avant d’ajouter qu’un rappel annuel pourrait être nécessaire afin de garantir une immunité contre le virus. Comme le rapportent nos confrères de CNN, les dernières études réalisées par Pfizer montrent qu’une troisième dose permettrait de booster l’immunité et d’être mieux protégé face aux variants. Pfizer annonce également dans un rapport que les deux doses de vaccins ont gardé leur efficacité durant les six premiers mois même si l’immunité peut dans certains cas diminuer légèrement à la fin de cette période.


►►► À lire aussi : Coronavirus : pourquoi le taux de vaccination actuel ne nous permet pas encore d’atteindre l’immunité collective


Pour ce qui est du vaccin Moderna, la firme affirme qu’une troisième dose du vaccin et des doses de rappel pourraient conférer une meilleure protection, notamment contre les variants.

Du côté de l’Organisation Mondiale de la Santé, on estime qu’il n’y a pas de preuve scientifique qui suggère le besoin d’une dose de rappel au-delà des doses initiales préconisées. L’OMS dénonce également les pays qui pensent déjà à la troisième dose alors que de nombreuses personnes dans le monde attendent encore une première injection.

Enfin, rappelons également que Pfizer/bioNTech et Moderna ont annoncé avoir revu à la hausse le prix de leurs vaccins contre le coronavirus en Europe dans le cadre d’un nouvel accord avec l’Union Européenne. L’une des raisons évoquée pour expliquer cette augmentation est la modification de ces vaccins qui ont été adaptés pour lutter plus efficacement contre les variants.

En Europe

Chez nos voisins Français, la Direction générale de la Santé recommande, depuis le 11 avril, une troisième dose de vaccin (Moderna ou Pfizer) pour les personnes sévèrement immunodéprimées. Les personnes ayant subi une greffe, étant atteintes d’un cancer ou en dialyse sont notamment concernées. Dans son allocution du 13 juillet dernier, le président Emmanuel Macron a annoncé qu’une campagne de rappel serait mise en place dès les premiers jours du mois de septembre pour que les premières personnes vaccinées (durant les mois de janvier et février) puissent bénéficier d’une troisième dose. L’objectif étant de combler la perte d’immunité et d’anticorps chez ces personnes.

En Allemagne, le ministère de la Santé envisage d’administrer une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 aux personnes âgées et vulnérables dès le 1er septembre. Ces personnes pourraient recevoir une piqûre de rappel avec les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, indépendamment du type de vaccin qu’ils ont reçu précédemment. C’est en tout cas, selon le texte, ce qui est prévu dans les établissements de santé pour personnes âgées où des équipes de vaccination mobile seront envoyées.

Au Royaume-Uni, d’après une information du quotidien The Telegraph, 32 millions de personnes pourraient prétendre à une troisième dose de vaccin dès le 6 septembre. Jusqu’à 2,5 millions de doses pourraient être administrées chaque semaine.

Dans le reste du monde

En Israël, les patients dotés d’un système immunitaire faible peuvent recevoir depuis le 12 juillet une troisième dose de vaccin. Une campagne de vaccination complémentaire a aussi été lancée ce dimanche 1er août, elle invite les personnes âgées de plus de 60 ans ayant été vaccinées depuis plus de six mois à recevoir une troisième dose. Le président Israélien Isaac Herzog, âgé de 60 ans, a d’ailleurs donné le départ de cette campagne en recevant sa troisième dose.


►►► À lire aussi : Coronavirus dans le monde ce lundi 2 août : vaccination obligatoire à Hong-Kong et militaires à Sydney


Aux USA, une troisième dose de vaccin n’est pas encore envisagée. Malgré les déclarations de Pfizer concernant l’efficacité d’une troisième dose, les données doivent encore être analysées et confirmées par la FDA, l’Autorité américaine des médicaments. Pour l’heure, la FDA, dont Israël suit généralement les recommandations, n’a pas donné son feu vert à l’administration d’une troisième dose pour les personnes âgées.

Et qu’en est-il pour la Belgique ?

En Belgique, il n’est pas encore question d’administrer une troisième dose même si, d’après le ministre flamand de la santé Wouter Beke, notre pays aurait commandé 23 millions de doses pour une troisième injection. Des réflexions sont en tout cas en cours du côté des scientifiques et des politiques qui attendent les résultats de futures études avant de se décider.

Sur le même sujet :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK