Vers la fin des jouets sexistes ?

Vers la fin des jouets sexistes ?
Vers la fin des jouets sexistes ? - © RTBF

Une grande surface française a décidé de s'attaquer au sexisme dans les jouets. Avec l’arrivée de cette grande période de cadeaux pour les plus jeunes, ce magasin a décidé de sortir un catalogue qui loin des clichés, montrant des garçons avec jouets de fille et l’inverse. Reste à voir si cela plaira aux petits.

Un petit garçon qui joue à la poupée, un autre qui joue à la dinette et prépare le repas comme son papa, ou encore une fillette qui joue avec une voiture téléguidée, voilà les illustrations du catalogue de ce grand magasin de jouets français.

Les représentations sexistes sont-elles dépassées ?  

"Notre groupe a décidé que désormais, la poupée ne serait plus exclusivement un jouet de filles, mais bien un jouet qui s’adresse à tous les enfants", explique le patron du magasin Super U d’Orchies en France, qui conclut en disant "qu’en 2012, certaines questions ne doivent plus se poser".

Lorsque nous montrons le catalogue à un petit garçon, client du magasin, et que nous lui demandons s’il achètera une poupée ou une dinette, il répond étonné : "ben non, ce sont des trucs de fille, moi j’aime pas". Une vendeuse nous dira qu’elle a déjà entendu certains parents dire à leur enfant : "tu n’es pas une tapette quand même; tu dois jouer avec des jeux de garçon". 

"Non, jouer à la poupée ne rend pas homosexuel"

Les craintes de certains parents et les représentations qu’ils se font de certains jouets, énervent la coordinatrice de l’association "Le monde selon les femmes ", Lidia Rodriguez Pietro : " non jouer à la poupée ne rend pas homosexuel". Par contre elle critique sur le caractère "guerrier" de certains jeux prévus pour les garçons.  "Il ne faut pas s’étonner s’ils résolvent certains conflits par la violence alors qu’elle est presque interdite aux filles", explique-t-elle.

Bref, le chemin vers la fin des jouets sexistes est encore long.

I.L. avec Aurélie Didier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK