Veillée pascale: le pape dénonce les pays "trop concentrés sur leurs problèmes", marqué par les explosions au Sri Lanka

Le pape François s'est adressé lors de la Veillée pascale, samedi soir, à la foule rassemblée à la Basilique Saint-Pierre, au Vatican, lui demandant de se détourner du péché, de la méfiance et de la peur pour au contraire "chercher le Vivant" en toute chose, selon Vatican News.

Dans son homélie, le pape a déploré que l'on soit souvent "concentré sur nos problèmes". Il a parallèlement encouragé les fidèles à ne pas céder au pessimisme et "ne pas enterrer l'espérance". "Le Seigneur n'habite pas dans la résignation", a rappelé le pape argentin.

Il a fait un parallèle entre les pierres qui fermaient le tombeau du Christ et les "pierres" qui nous encombrent au quotidien: celles "de la méfiance" et "du péché". "Le péché, c'est chercher la vie parmi les morts, le sens de la vie dans les choses qui passent", a résumé le souverain pontife selon des extraits de son homélie relayés par Vatican News.

La fête de Pâques est justement la "fête de l'enlèvement des pierres", a-t-il précisé.

La "Nuit sainte" de Pâques clôture la Semaine sainte pour les chrétiens et mène au dimanche de Pâques, où l'on célèbre la Résurrection du Christ. Lors de la Vigile pascale, on procède traditionnellement au baptême d'adultes, et cela a également été le cas au Vatican où 8 personnes de différentes nationalités ont été baptisées par le pape samedi soir.

Endeuillé par l'actualité sri-lankaise

Le pape François a exprimé sa "tristesse" après les attentats meurtriers au Sri Lanka endeuillant le dimanche de Pâques, se déclarant proche de "toutes les victimes d'une si cruelle violence".

Au moins 158 personnes, dont 35 étrangers, ont été tuées dimanche dans une série d'explosions dans des hôtels de luxe et des églises du Sri Lanka où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

"J'ai appris avec tristesse la nouvelle des graves attentats, qui précisément aujourd'hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka", a déclaré le pape François dans un message à la foule, juste après la traditionnelle bénédiction Urbi et orbi (à la ville de Rome et au reste du monde).

"Je désire exprimer ma proximité affectueuse à la communauté chrétienne, touchée pendant qu'elle était recueillie et en prière, et à toutes les victimes d'une si cruelle violence. Je confie au Seigneur ceux qui ont tragiquement disparus et je prie pour les blessés et tous ceux qui souffrent à cause de cet événement dramatique", a ajouté le souverain pontife.

Libye et Syrie au cœur du discours

Le pape François a appelé dimanche à trouver des solutions pacifiques afin que "les armes cessent d'ensanglanter la Libye" et pour "favoriser le retour" des réfugiés en Syrie.

Le souverain pontife a en outre appelé à "la réconciliation" au Soudan du sud : "Que les armes cessent d'ensanglanter la Libye où, de nouveau, des personnes sans défense meurent ces dernières semaines et où de nombreuses familles sont contraintes à quitter leur propre maison", a-t-il lancé depuis la loggia de la basilique Saint-Pierre.

"J'exhorte les parties concernées à choisir le dialogue plutôt que l'oppression, en évitant que s'ouvrent à nouveau les blessures d'une décennie de conflits et d'instabilité politique", a-t-il dit.

Les combats ont redoublé d'intensité samedi aux portes de Tripoli, après l'annonce par les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) d'une "phase d'attaque" contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar lancées à la conquête de la capitale libyenne. Le pape, qui suit de près la situation en Syrie, a également déploré que le peuple syrien soit "victime d'un conflit qui perdure, et qui risque de nous trouver toujours davantage résignés et même indifférents"."

"C'est plutôt le moment de renouveler l'engagement pour une solution politique qui réponde aux justes aspirations de liberté, de paix et de justice, qui affronte la crise humanitaire et favorise le retour en sécurité des personnes déplacées et de celles qui se sont réfugiées dans les pays limitrophes, surtout au Liban et en Jordanie", a-t-il conseillé.

Dans son tour du monde des zones de conflit dans le monde, le souverain pontife a en outre exhorté une nouvelle fois le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar à s'engager pour "la réconciliation de la Nation."

Dans son message de Pâques, le pape a loué dimanche "les efforts accomplis par les autorités civiles et religieuses du Sud Soudan". "Puisse s'ouvrir une nouvelle page de l'histoire du pays, dans laquelle toutes les composantes politiques, sociales et religieuses s'engagent activement pour le bien-être commun et la réconciliation de la Nation", a-t-il commenté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK