Véhicule suspect à Molenbeek: le conducteur colloqué en hôpital psychiatrique

Véhicule suspect à Molenbeek: le conducteur colloqué en hôpital psychiatrique
Véhicule suspect à Molenbeek: le conducteur colloqué en hôpital psychiatrique - © Belga

J-C. N., le conducteur du véhicule suspect intercepté mardi en début de soirée à Molenbeek-Saint-Jean, a été placé en observation dans un hôpital psychiatrique. Cette décision fait suite à l'examen psychiatrique qu'il a subi plus tôt dans la journée dans le cadre d'une procédure Nixon en raison des propos incohérents qu'il a tenus lors de son interpellation.

Selon les conclusions de l'expertise, son état répondait aux conditions de la loi du 26 juin 1990 relative à la protection de la personne des malades mentaux, a indiqué mercredi le parquet de Bruxelles.

Course-poursuite

Mardi après-midi, vers 17h00, la police de la zone Midi a pris en chasse un véhicule qui avait brûlé au moins un feu rouge à Anderlecht. Le conducteur du véhicule n'a pas obéi aux injonctions des policiers et est entré en collision avec un premier véhicule de police. Les forces de l'ordre ont fait usage de leur arme pour tenter d'immobiliser le véhicule en fuite, en tirant dans les pneus de la voiture. Celle-ci a toutefois continué sa route sur la chaussée de Ninove, à Molenbeek, avant de heurter un second véhicule de police. Vers 17h30, la voiture a finalement pu être immobilisée et le conducteur a été interpellé par la zone de police Bruxelles-Ouest.

Un périmètre de sécurité a été installé sur la chaussée de Ninove, entre la gare de l'Ouest et la rue de Dilbeek, car le suspect a déclaré aux policiers que son véhicule contenait des explosifs. Le Service d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) s'est rendu sur place mais n'a rien détecté d'anormal dans la voiture du suspect. Ce dernier, J-C. N., est un homme d'origine rwandaise né le 6 juin 1981 qui a résidé en Belgique jusqu'en 2009 avant de s'installer en Allemagne. Il est inconnu de la justice de ces deux pays.

Lors de son interpellation, J-C. N. a tenu des propos incohérents et avait un comportement assez déséquilibré, raison pour laquelle il a été soumis à un examen psychiatrique avant d'être finalement colloqué. 

Reportage du JT 13h de ce mercredi 09 août

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir