Vaccin contre le coronavirus : encore beaucoup de questions sans réponse

"Il n’y aura peut-être jamais de solution miracle (silver bullet)" contre le coronavirus, à comprendre comme "il n’y aura peut-être jamais de vaccin". C’est une déclaration plutôt pessimiste du directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. Frédérique Jacobs, porte-parole interfédérale de la lutte contre le coronavirus, sur le plateau du JT de ce lundi, a réagi.

"Pas de traitements antiviraux efficaces"

"Je ne sais pas très bien sur quoi se base le directeur de l’OMS, il est clair que l’on attend ce vaccin, avec impatience."

Et d’insister sur le fait que, même du côté des traitements, on est loin d’avoir l’embarras du choix. "Il n’y a pas encore de traitements antiviraux efficaces, on a des traitements anti-inflammatoires, mais c’est déjà très très loin dans l’infection. On a vaguement le remdesevir, mais c’est pour des formes très graves de la maladie."

Et si l’on arrive à développer un vaccin, "encore faut-il qu’il montre son efficacité. On a pu montrer effectivement que le taux d’anticorps montait, il faut encore savoir si c’est neutralisant. Il faut savoir pendant combien de temps il va être efficace, si une dose suffit, ou s’il faut des doses répétées. Et si la population y adhère."

"Il faut donc encore répondre à ces questions pour savoir si la population peut être entièrement vaccinée, ce qui est l’idéal pour ce genre de virus."


►►► Coronavirus : dans la course au vaccin, peut-on aller vite et bien ?


Actuellement, il y a 200 candidats vaccin à l’étude dans le monde, et parmi eux, 25 sont en phase clinique, c’est-à-dire en phase de test sur des volontaires humains, afin de détecter d’éventuels effets secondaires. Dans cette phase clinique, 4 sont en phase 3, la dernière étape avant la production à grande échelle, dont les Américains de Pfizer ou Moderna.

S’il y a énormément de recherches autour de ce vaccin, très peu, une dizaine, pourrait aboutir. A cela s’ajoutent des incertitudes autour de l’immunité développée contre le coronavirus : certaines études ont montré que les anticorps développés par le corps humain pouvaient ne tenir que quelques mois, pendant qu’une autre étude récente évoque le fait que les principaux "combattants" contre le virus seraient les lymphocytes T (une variété de globule blanc).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK