Vaccin AstraZenaca : lors des tests cliniques, il y a eu plus de cas de présence de caillots sanguins dans le groupe contrôle (qui n’avait pas reçu ce vaccin)

Faut-il craindre le vaccin AstraZeneca, après les cas de caillots sanguins enregistrés chez des personnes vaccinées dans plusieurs pays, dont la Belgique (deux cas de thrombose), ainsi que deux décès, au Danemark et en Italie ?

Il n’y a, à ce stade, pas de raison, note Marc Van Ranst, le virologue de la KUL, qui évoque l’étude clinique avant l’autorisation d’usage de ce vaccin.

Si on a relevé, effectivement, la présence de caillots sanguins chez 4 des 12.021 personnes vaccinées avec l’AstraZeneca ; on a, dans le même temps, dans le groupe contrôle à qui on n’a PAS administré ce vaccin (mais un autre, dénommé le Nimenrix, considéré comme sûr, autorisé depuis 2012, indiqué dans l’immunisation contre les maladies à méningocoques, et administré dès l’âge de 6 semaines) dénombré 8 incidents du même type sur 11.724 personnes. Près du double. Des chiffres qui figurent dans une étude publiée par la revue scientifique The Lancet.

Pas plus de cas que dans la population générale

Voilà qui va dans le sens de l’Agence européenne du Médicament (EMA), qui a déclaré dans un communiqué qu’il n’y a actuellement aucune indication que la vaccination avec le vaccin AstraZeneca ait causé ces problèmes, qui ne sont pas répertoriés comme effets secondaires avec ce vaccin. Un avis repris par l’OMS.


►►► Coronavirus : près d’une dizaine de pays ont suspendu par précaution l’utilisation du vaccin AstraZeneca


Le nombre d’événements thromboemboliques chez les personnes vaccinées n’est pas supérieur au nombre observé dans la population générale, précise encore l’agence. Au 10 mars 2021, 30 cas d’événements thromboemboliques avaient été signalés parmi près de 5 millions de personnes vaccinées avec le vaccin Covid-19 AstraZeneca dans l’Espace économique européen.

A noter qu’en France, avec le vaccin Pfizer cette fois, on a répertorié sur 4,5 millions de vaccinés une trentaine de thromboses veineuses profondes, des chiffres cités par Thibaut Fiolet, épidémiologiste à l’Université de Paris-Saclay.

Etude sur 17 millions de personnes

De son côté, la firme AstraZeneca a dit n’avoir trouvé aucune preuve d’un risque accru de troubles de la coagulation sanguine après administration de son vaccin contre le Covid-19 à l’issue d’une étude portant sur 17 millions de personnes vaccinées au Royaume-Uni et dans l’Union européenne.

Plusieurs pays ont néanmoins dénombré des cas d’hémorragies cutanées, et de caillots plus ou moins graves, causant des mises à l’écart de certains lots de vaccins, des suspensions ou des reports de vaccination.

Du côté des Pays-Bas, dernier pays européen à avoir suspendu, jusqu’au 28 mars, l’administration de l’AstraZeneca, l’agence Lareb, chargée de signaler les effets indésirables des médicaments, a déclaré avoir reçu 10 rapports d’incidence après des injections du vaccin.

Symptômes inhabituels

La Danoise, âgée de 60 ans, décédée d’un caillot sanguin après avoir reçu le vaccin présentait, par ailleurs, selon l’agence danoise des médicaments, des symptômes inhabituels. Cette dame avait un nombre faible de plaquettes sanguines et des caillots dans des petits et grands vaisseaux, ainsi que des saignements.

Chez nous, où on a confirmé le signalement de deux cas de thrombose après l’administration du vaccin sans qu’on ait pu déterminer s’il y a un lien de cause à effet, la task force vaccination a décidé de continuer à utiliser le vaccin du groupe britannico-suédois.

Reste que ce dernier a annoncé samedi de nouvelles réductions de livraison de son vaccin à l’Union européenne, invoquant des restrictions d’exportation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK