Vacances de Toussaint prolongées : qui va s'occuper des enfants ?

Vacances de Toussaint prolongées : qui va s'occuper des enfants ?
Vacances de Toussaint prolongées : qui va s'occuper des enfants ? - © Thomas Barwick - Getty Images

Cette année les vacances de la Toussaint seront prolongées de deux jours, les 9 et 10 novembre. Vous n’aviez pas prévu de prendre des congés pour cette période supplémentaire, comment dès lors occuper ses enfants ? Pour répondre à ce possible casse-tête, voici un petit tour des solutions qui s’offrent à vous.

Enfermer votre enfant dans sa chambre, lui mettre des dessins animés en boucle, le faire garder par papy et mamy… Non, ce ne sont pas de bonnes idées. Il y en existe de bien meilleures pour ces vacances de Toussaint prolongées, et on vous présente les deux plus intéressantes.

1. Le chômage temporaire pour force majeure

Vous voulez vous-même prendre le temps de vous occuper de vos enfants. Mais votre réserve de congés est épuisée ou vous ne voulez pas puiser dedans ? Il existe le chômage temporaire pour force majeure.

Matthieu Dewevre, conseiller à l’UCM (Union des Classes Moyennes) nous en dit un peu plus : "Puisque les écoles sont fermées et bien les travailleurs qui se retrouveront dans l’impossibilité de faire garder leurs enfants, pourront évoquer une forme particulière de chômage temporaire pour force majeure, pour pouvoir alors bénéficier d’allocation de chômage temporaire durant ces deux jours."

En résumé, l’ONEM (Office National de L’Emploi) vous verse une allocation équivalente à 70% de votre salaire et vous offre un supplément de 5,63 euros par jour chômé.

2. L’accueil extrascolaire

Vous ne voulez vraiment pas vous mettre au chômage ou en congé pour vous occuper de votre enfant ? L’autre solution, c’est l’accueil extrascolaire.

Fanchon Martens, Coordinatrice "Accueil Temps Libre" à l’ONE (Office de la Naissance et de l’Enfance) nous explique les solutions qui sont envisagées dans ce domaine : "L’idée est d’essayer de ne pas avoir des bulles de plus de 50, puisque l’on ne peut pas avoir des bulles de plus de 50, donc, essayer d’avoir des endroits divers pour pouvoir accueillir des enfants. Il y a des lieux d’accueil centralisés qui se sont mis en place. Certains opérateurs d’activités qui faisaient des stages par exemple, ont décidé de continuer pour ces deux jours-là. Chez certains, c’est payant, chez d’autres, pas. Donc, c’est vraiment très large, c’est difficile de donner une seule piste, il y en a plein."

Mais, comment avoir une idée claire de ce qui s’offre précisément à votre cas particulier ? "Ce sera différent dans chacune des communes. Donc, en fait, les parents doivent se renseigner au niveau de la commune de l’école de leur enfant ou au niveau de la commune où ils habitent. Ils peuvent contacter le coordinateur ATL (ndlr : Accueil Temps Libre), mais ils peuvent aussi voir par l’école." détaille Fanchon Martens, Coordinatrice "Accueil Temps Libre" à l’ONE.

Mais, malgré une offre d’activité, les professionnels de l’accueil insistent sur une priorité : garder, avant tout, si c’est possible, votre enfant à la maison.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK