USA: un SDF abattu en rue de 46 projectiles par 8 policiers (vidéo)

L’homme de 49 ans, plutôt frêle à en juger par les images vidéo, venait de se quereller avec la police après une altercation présumée avec l’employé d’un magasin proche.
2 images
L’homme de 49 ans, plutôt frêle à en juger par les images vidéo, venait de se quereller avec la police après une altercation présumée avec l’employé d’un magasin proche. - © Tous droits réservés

Un sans-abri est entouré de 8 policiers qui se tiennent à 10 mètres de lui en le menaçant de leurs armes et d’un chien tenu en laisse qui se dresse devant lui. En plein jour, au milieu du trafic, l’homme est courbé, il tient un canif en main. Après 30 secondes, comme à l’exercice, les 8 policiers tirent simultanément 46 projectiles en moins de 3 secondes et le touchent mortellement à 14 reprises.

Ces images prise à Saginaw dans le Michigan, datent de juillet 2012, mais viennent d’être rendues publiques sur Youtube et ont été reprises par la presse américaine.

Milton Hall était un malade mental, victime de ce que de nombreux Américains présentent comme une véritable exécution en règle.

L’homme de 49 ans, plutôt frêle à en juger par les images vidéo, venait de se quereller avec la police après une altercation présumée avec l’employé d’un magasin proche.

Le son est pratiquement inaudible, mais la vidéo le montre refusant l’ordre d’un agent de lui remettre son couteau. C’est après un face-à-face tendu que la police ouvre le feu, le touchant à 14 reprises.

Dans une mare de sang, les agents tentent de menotter l’homme sans vie.

Le syndrome de Ferguson

Une nouvelle fois, la mort d’un noir, abattu sans raison apparente par des policiers blancs, a entraîné des protestations. Le Procureur du comté et le ministère de la Justice n’ont pourtant pas entamé de poursuite, estimant l’intervention justifiée face à ce que les huit policiers en armes considéraient comme une menace.
Connu pour avoir commis plusieurs délits mineurs sans violence, Milton Hall n’était pas "un saint" a déclaré un porte-parole de la police. La mère du SDF décrit en revanche la mort de son fils comme "un assassinat" réalisé par un "peloton d'exécution en uniforme".

J-Cl V.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK