USA: nombreuses manifestations après l'acquittement de George Zimmerman

George Zimmerman, 29 ans, a été acquitté du meurtre du jeune Afro-américain Trayvon Martin, en Floride
3 images
George Zimmerman, 29 ans, a été acquitté du meurtre du jeune Afro-américain Trayvon Martin, en Floride - © GETTY IMAGES NORTH AMERICA

George Zimmerman risquait la prison à vie mais il est sorti libre du tribunal. En février 2012, ce vigile bénévole avait tué un jeune Afro-américain de 17 ans en Floride lors d'une ronde surveillance, et l'affaire avait relancé le débat sur le racisme et le contrôle des armes, déchaînant les passions des Américains. Dimanche matin, plusieurs villes américaines ont connu des manifestations.

"M. Zimmerman, j'ai signé le jugement qui confirme le verdict du jury. Votre caution vous sera rendue. Votre bracelet électronique va vous être retiré à la sortie de cette pièce. Et vous n'avez plus rien à voir avec cette cour", a déclaré la juge Deborah Nelson dans une courte déclaration après la lecture du verdict.

George Zimmerman a été acquitté hier après que le jury, composé de six femmes - cinq blanches, une d'origine hispanique - sorte de 16 heures de délibération. Il risquait la prison a vie pour meurtre, ou au moins 30 ans de prison pour homicide. Il est donc libre désormais.

De nombreux journalistes et une foule de manifestants s'étaient rassemblés à l'extérieur du tribunal, dans le noir, dans l'attente du verdict. Beaucoup de manifestants chantaient "Pas de justice, pas de paix".

Zimmerman, 29 ans, avait été accusé d'avoir poursuivi le jeune Noir dans une propriété fermée par des grillages à Sanford, et d'avoir tiré sur lui durant une altercation.

Armes et racisme au centre d'un débat passionné

Cette affaire avait  divisé les Etats-Unis, entre ceux qui pensaient qu'il avait tué par pur racisme et ceux qui croyaient qu'il avait agi par légitime défense. Elle n'aurait a priori pas dû dépasser les pages des faits divers des journaux de Floride, mais la mort de Trayvon Martin a provoqué de vastes manifestations dans toute le pays.

Elle a relancé le débat sur le racisme et le contrôle des armes. Les choses se seraient peut-être passées autrement si la police avait inculpé immédiatement George Zimmeraman. Mais elle ne l'a pas fait, le jugeant en état de légitime défense.

Il ne sera arrêté qu'un mois et demi plus tard, pour être finalement aujourd'hui acquitté. Les comités de défense de Trayvon Martin avaient appelé au calme quelque soit le verdict.

"Si Zimmerman est condamné, il ne doit pas y avoir de manifestations de joie inappropriées, parce qu'un jeune homme a perdu la vie", a déclaré le Révérend Jesse Jackson, militant pour les droits civiques.

"S'il n'est pas condamné, nous devrons éviter la violence parce qu'elle ne fait que conduire à davantage de tragédies", a-t-il écrit sur Twitter.

Nombreuses marches et manifestations spontanées dimanche matin

Peu après l'annonce de l'acquittement, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pacifiquement dans le centre de San Francisco, encadré par une forte présence policière. Des marches spontanées plus au moins importantes se sont déroulées dimanche matin à San Francisco, Chicago, Washington, Atlanta et Philadelphie, ont rapporté les médias.

Les parents de Trayvon Martin, qui étaient absents lors du verdict, ont depuis toujours appelé à des manifestations non-violentes, en se référant à Martin Luther King et à la Bible.

Mais des manifestants en colère ont défilé à Oakland - juste de l'autre côté de la baie de San Francisco - couvrant des voitures de peinture et brisant des vitres, selon des images vidéo prises d'hélicoptère et mises en ligne par le Oakland Tribune. Une voiture de police a été vandalisée.

À Chicago, une foule de militants s'est rassemblée au centre-ville, scandant "Pas de justice, pas de paix ! Aucun policier raciste !", tandis qu'à New York, des manifestants se sont regroupés à Times Square pour exprimer leur colère.

La police de Los Angeles a déclaré "par précaution" une "alerte tactique dans toute la ville" où quelque 200 manifestants se sont rassemblés dans un des quartiers noirs historiques de la ville. Mais aucun acte de violence n'a été enregistré, a déclaré la police plus tard aux médias locaux.

A Washington, des dizaines de personnes, principalement des jeunes afro-américains, ont défilé, suivis de près par des véhicules de police, a constaté un journaliste de l'AFP.

Appel à manifester

La coalition ANSWER, qui a aidé à organiser de grands rassemblements de protestation contre la guerre en Irak, a annoncé qu'elle organisera dimanche des marches de protestation dans sept villes américaines, ainsi que trois manifestations séparées à New York.

"Nous sommes très attristés par le verdict du jury", a déclaré l'avocat de la famille Martin, Benjamin Crump, après la lecture du verdict. "La famille a le coeur brisé".

L'activiste Al Sharpton a qualifié l'acquittement de Zimmerman de "gifle pour le peuple américain", dans un message sur Twitter. "Nous avons l'intention de demander au ministère de la Justice la même procédure que dans le cas de Rodney King et nous allons suivre de près l'affaire au civil contre M. Zimmerman", a-t-il déclaré Sharpton.

L'Afro-américain Rodney King avait été battu par la police de Los Angeles après une poursuite en voiture en avril 1991. Le passage à tabac avait été filmé et diffusé à la télévision, suscitant une vague d'indignation. L'acquittement en avril 1992 des policiers impliqués dans ces violences avait déclenché de violentes émeutes et pillages à Los Angeles.

Benjamin Todd Jealous, dirigeant de la NAACP, la plus grande organisation américaine des droits civiques, a déclaré que son organisation était "indignée et avait le coeur brisé". "Nous sommes avec la famille de Trayvon et nous devons agir". Il a également exhorté ses partisans à signer une lettre demandant au procureur général Eric Holder de déposer des plaintes pour violation des droits de l'homme contre Zimmerman.

Robert Zimmerman, le frère de George, a pour sa part rappelé que selon le jury son frère "avait agi correctement dans la défense de sa vie en conformité avec la loi".

Anina Meeus avec Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK